En 3000 articles, premier site de référence sur le vin !

Alsace Grands Crus

Alsace Grands Cru : à ce jour on en recense 51, 51 Grands Crus. Ils représentent le sommet de la hiérarchie des vins d’Alsace provenant exclusivement de terroirs délimités, les meilleurs terroirs, les climats les plus favorables, des pentes souvent les plus impressionnantes. Du nord au sud, entre le versant des Vosges et le lit du Rhin, ces 51 Grands Crus, répartis sur 47 communes, s’égrainent telle une mosaïque sur 170 km, entre 200 et 400 m d’altitude avec une exposition sud-sud-est.

La célèbre route des vins

Ils suivent la plus ancienne Route des vins de France (inaugurée en 1953) connue dans le monde entier. Elle conduit ceux qui l’empruntent au cœur des terroirs les plus réputés d’Alsace à travers les collines sous-vosgiennes à la découverte de villages typiquement alsaciens, décor de carte postale, maisons fleuries à colombages, remparts, châteaux, vieilles églises et évidemment winstubs. Tout commence à Marlenheim au nord près de Strasbourg en passant par  Obernai, Bernarsdwiller, Bergheim, Ribeauvillé, Riquewihr sans oublier Colmar la capitale des Vins d’Alsace, jusqu’à Wettolsheim et Thann à l’extrême sud, à hauteur de Mulhouse.

51 Grands Cru, 51 appellations

Ces 51 terroirs classés Grands Crus homologués chacun en appellation depuis 2011*,  sont délimités selon des critères géologiques et climatiques stricts. La superficie de ces vignobles d’exception varie entre 3 et 80 ha avec au total, une superficie de 800 ha. La géologie, l’exposition et la pente, tout ici contribuent à leur inimitable personnalité. D’ailleurs n’a-t-on pas dit de la géologie alsacienne qu’elle formait une véritable mosaïque de terroirs avec des sols de granit, de calcaire, d’argile, de schiste ou de grès soit un ensemble de 13 types de sol qui confèrent aux vins, caractère et personnalité en fonction des cépages.

Les Grands Crus d’Alsace ont une production de près de 45 000 hl soit 4 % seulement des vins d’alsace. Tout viticulteur devant produire un grand cru doit souscrire avant le 1er mars de chaque année une déclaration avec la désignation des cépages et la surface des parcelles destinées aux grands crus. Le rendement ne peut dépasser 55 hl/ha avec interdiction des vendanges mécaniques. Ils doivent être issus des cépages gewurztraminer, muscat, riesling, pinot gris (ex tokay d’Alsace), pinot noir. La volonté de mieux adapter le cépage au terroir a poussé les autorités à reconnaître le sylvaner (interdit jusqu’à présent de Grand Cru) dans le Zolzenberg de Mittelbergheim. Un  décret de 2007 autorise également les vins d’assemblage dans les grands crus Kaefferkopf et Altenberg de Bergheim.

*Jusqu’à cette date, les vins d’Alsace estampillés Grand Cru disposaient d’une seule AOC fourre-tout Alsace Grand Cru.

Mentions obligatoires

Pour avoir droit à l’Appellation Grand Cru, les vins doivent présenter un degré minimum naturel d’alcool de 11° pour les cépages riesling, muscat et sylvaner et de 12,5° pour les gewurztraminer et pinot gris, sauf quelques exceptions. L’étiquette des Alsace Grand Cru doit comporter, outre l’Appellation Alsace Grand Cru, la mention du lieu-dit (ex : Altenberg), du cépage et du millésime.

Les Grands Crus, s’ils sont agréables à déguster dès leur jeunesse, gagnent à être conservés bien plus longtemps (5 ou 10 ans, voire davantage pour les grands millésimes). Ils se servent frais mais non glacés, à une température de 8° C.

Mentions spéciales

Dans l’appellation Alsace Grand Cru, les mentions vendanges tardives ou sélection de grains nobles concernent des productions issues de vendanges manuelles, à teneur en sucre minimale, pour les cépages gewurztraminer, riesling, pinot gris et muscat. Les vendanges doivent avoir été faites à maturation optimale du raisin, pour le premier (vendanges tardives) ou avec du raisin au stade de pourriture noble pour le second (sélection de grands nobles).

Les 51 appellations (AOC/AOP) Grands Crus d’Alsace

(Nom du cru ou lieu-dit / (commune)/géologie/ : surface)

  • Altenberg (Bergbieten) marno-calcaire & gypse : 29.07 ha
  • Altenberg (Bergheim) marno-calcaire : 35.06 ha
  • Altenberg (Wolxheim) marno-calcaire : 31.20 ha
  • Brand (Turckheim) granitique : 57.95 ha
  • Bruderthal (Molsheim) marno-clacaire : 18.40 ha
  • Eichberg (Eguisheim)  marno-calcaire : 57.62 ha
  • Engelberg (Dahlenheim ) marno-calcaire : 14.80 ha
  • Florimont (Ingersheim-Katzenthal) marno-calcaire : 21.00 ha
  • Frankstein (Dambach la ville) granitique : 56.20 ha
  • Froehn  (Zellenberg) argilo-marneux : 14.60 ha
  • Furstentum (Kientzheim-Sigolsheim) calcaire : 30.50 ha
  • Geisberg (Ribeauvillé) marno-calcaire gréseux : 8.53 ha
  • Gloeckelberg (Rodern-St Hippolyte) granite argilifié  : 23.40 ha
  • Goldert (Gueberschwihr) marno-calcaire : 45.35 ha
  • Hatschbourg (Hattstatt-Voegtlinshoffen) marno-calcaire/loess : 47.36 ha
  • Hengts (Wintzenheim ) marno-calcaire gréseux : 75.78 ha
  • Kanzlerberg (Bergheim) argilo marneux gypseux : 3.23 ha
  • Kastelberg (Andlau) schisteux : 5.82 ha
  • Kessler (Guebwiller) gréso volcanique : 28.53 ha
  • Kirchberg (Barr) marno-calcaire : 40.63 ha
  • Kirchberg  (Ribeauvillé) marno-calcaire gréseux : 11.40 ha
  • Kitterlé  (Guebviller) gréso-volcanique : 25.79 ha
  • Mambourg (Sigolsheim) marno-calcaire : 61.85 ha
  • Mandelberg (Mittelwihr et Beblenheim) marno-calcaire : 22.00 ha
  • Marckrain  (Bennewihr-Sigolsheim) marno-calcaire : 53.35 ha
  • Moenchberg (Andlau-Eichhoffen) marno-calcaire et colluvions : 11.83 ha
  • Muenchberg (Nothalten) gréso-volcanique caillouteux :17.70 ha
  • Ollwiller (Wuenheim) sablo-argileux : 35.86 ha
  • Osterberg (Ribeauvillé) marneux : 24.60 ha
  • Pfersigberg (Eguisheim et Wettolsheim) calcaro-gréseux : 74.55 ha
  • Pfingstberg (Orschwihr) marno-calcaire gréseux : 28.15 ha
  • Praelatenberg (Kintzheim) granito-gneissique : 18.70 ha
  • Rangen (Thann-Vieux Thann) volcanique : 18.81 ha
  • Rosacker (Hunawihr) calcaire dolomitique : 26.18 ha
  • Saering (Guebwiller) marno-calcaire gréseux : 26.75 ha
  • Schlossberg (Kientzheim) granitique : 80.28 ha
  • Shoenenbourg (Riquewihr-Zellenberg) marno-sableux gypseux : 53.40 ha
  • Sommerberg (Niedermorschwihr et Katzenthal) granitique : 28.36 ha
  • Sonnenglanz (Beblenheim) marno-calcaire : 32.80 ha
  • Spiegel (Bergholtz & Guebwiller) marno-gréseux : 18.26 ha
  • Sporen (Riquewihr) argilo-marneux caillouteux : 23.70 ha
  • Steinert (Pfaffenheim et Westhalten) calcaire : 38.90 ha
  • Steingrubler (Wettolsheim) marno-calcaire gréseux : 22.95 ha
  • Steinklotz (Marlenheim) calcaire : 40.60 ha
  • Vorbourg (Rouffach et Westhalten) calcaro-gréseux : 72.55 ha
  • Wiebelsberg  (Andlau) sablo gréseux : 12.52 ha
  • Wineck-Schlossberg (Katzenthal-Ammerschwhr) granitique : 27.40 ha
  • Winzenberg (Blienschwiller) granitique : 19.20 ha
  • Zinnkoepflé (Soultzmatt-Westhalten) calcaro-gréseux : 68.40 ha
  • Zotzenberg  (Mittelbergheim) marno-calcaire : 36.45 ha

Les deux domaines mythiques

I/Le domaine Weinbach littéralement, le ruisseau du vin (petit cours d’eau qui traverse la propriété) se situe au pied de la colline Schlossberg à Kaysersberg, qui dans un écrin de vignes et de roses, compte parmi les plus beaux villages d’Alsace. Weinbach réparti sur 4 Grands Crus (Schlossberg, Furstentum, Mambourg et Marckrain ) est sans aucun doute, le vignoble mythique d’Alsace dont l’histoire remonte au IXe siècle.

Le Clos des Capucins

Il s’étend sur 23,5 ha dont les 5 ha pour la célèbre vigne monopole du Clos des Capucins, ceint de murs édifiés en 1612 par les moines Capucins. C’est un terroir de graves et sablo-limoneux, bénéficiant d’un réchauffement de sol très rapide grâce aux cailloux de sa surface. Le domaine produit quelques vins parmi les plus grands du monde et notamment certains rieslings tel le superbe Riesling Schlossberg issu de la partie haute de la colline du Schlossberg, premier terroir d’Alsace à avoir été classé Grand Cru et le Riesling cuvée Sainte Catherine. Vin de vendanges tardives, le riesling offre ici, lors des années d’exception, un vin très concentré tout en richesse, en finesse et surtout en fraîcheur aux accents de fruits exotiques, de fumé et de miel.

Les trois femmes de Weinbach

Weinbach appartient depuis 1898 à la famille Faller qui conserve précieusement le souvenir de Théo Faller qui fut à l’initiative des AOC d’Alsace et contribua après la guerre à hisser les vins d’Alsace à leur grande réputation. Depuis sa disparition en 1979, sa femme Colette a repris à sa charge les rênes du domaine, épaulée par ses deux filles Catherine et Laurence. Depuis 2005, l’ensemble du domaine Weinbach est converti à la biodynamie sous l’impulsion notamment de Laurence qui s’est affirmée au fil des ans comme une très grande vinificatrice.

II/Le domaine Zind-Humbrecht

Ce domaine familial fondé en 1959 et  installé à Turckheim s’étend sur une quarantaine d’hectares. Il est travaillé aujourd’hui en culture biodynamique. C’est l’un des trois très grands domaines d’Alsace qui offre des vins blancs parmi les plus réputés de la planète. Cette réputation internationale est le fruit du travail acharné de Léonard Humbrecht (le père d’Olivier qui dirige depuis 1988 le domaine). Il a mis en valeur des terroirs délaissés car trop difficiles à travailler. Il fallut souvent défricher, piocher, remonter des restanques et planter des vignes dans une terre brune pierreuse à souhait en pratiquant par la suite des rendements très bas (de 30 à 40hl/ha). Il s’efforça surtout de rechercher la parfaite adéquation entre terroir et cépage en privilégiant notamment le gewurztraminer sur des sols caillouteux et argileux du Hengst à Wintzenheim ou le riesling sur le terroir granitique du Brand à Turckheim.

Le mythique Clos Saint-Urbain

Mais sa grande réussite est d’avoir restitué au Grand Cru Rangen couvrant l’intégralité du vignoble des communes de Thann et Vieux Thann, son immense notoriété perdue. Le Rangen de Thann à une altitude de 350-450 m est le vignoble le plus méridional d’Alsace. Il est exposé plein sud doté d’un sol d’une extrême pauvreté avec une pente vertigineuse qui sert de véritable four solaire. En plein cœur de ce Grand Cru, le mythique Clos Saint-Urbain fut acheté par Léonard Humbrecht en 1970. C’est un vignoble de 5.5 ha autour d’une petite chapelle juste au-dessus de la rivière Thur qui coule à ses pieds. Le Clos Saint-Urbain affiche une pente impressionnante (jusqu’à 70 %), sans doute la plus forte d’Alsace. Ainsi faut-il lors des vendanges, s’aider d’un treuil afin d’hisser les paniers jusqu’au chemin qui se situe au-dessus du vignoble. Les riesling notamment qui y sont produits sont qualifiés de grandissime, des vins très épurés, très minéral, avec des notes de pierre à fusil et de fumé. A attendre une bonne décennie !

Olivier Humbrecht Master of Wine

Après le Clos St-Urbain sur le Rangen de Thann, le domaine s’agrandit avec sans doute quelques uns des plus beaux fleurons de l’Alsace viticole : le Clos Jebsal à Turckheim en 1983 et le grandiose Clos Windsbuhl à Hunawihr en 1987. Il est planté de pinot gris, de gewurztraminer et de riesling sur un terroir calcaire exposé sud, sud-est.

Le domaine produit aujourd’hui entre 120 000 et 216 000 bouteilles par an dont 75 à 85 % sont exportés.

Olivier Humbrecht qui est depuis 2011 président de la section Grand Cru de l’AVA (Association des Viticulteurs d’Alsace) est, faut-il le souligner, devenu le chef de file incontesté de la biodynamie (tout le domaine est certifié ÉCOCERT depuis 2001). Il fut le premier français diplômé du prestigieux Master of Wine. En 2006, c’est le magazine américain Wine Spectator qui le couronnait meilleur vigneron de l’année. Il est sans conteste l’un des plus grand vinificateurs de sa génération.

FacebookGoogle+Email