En 3000 articles, premier site de référence sur le vin !

Ausone (château Ausone) Saint-Emilion Premier Grand Cru classé A (Bordeaux)

Article publié le 29 décembre 2012 © Dico-du-Vin

Ausone (château Ausone) Saint-Emilion Premier Grand Cru classé (Bordeaux) vin rouge : c’est sans doute le château le plus mystérieux et le plus emblématique de l’appellation. Il offre un vin de légende, un vin hors normes, trop prestigieux, trop rare pour être accessible et que ses différents propriétaires ont hissé au sommet de la hiérarchie des plus grands Bordeaux. Il est aujourd’hui l’un des deux seuls châteaux avec Cheval Blanc à avoir été Premier Grand Cru classé A, lors des différents classements des vins de Saint-Émilion depuis 1955, rejoint seulement en 2012 sur la plus haute marche, par Angélus et Pavie.

Le magnétisme des lieux

On le ressent, règne ici un certain magnétisme qui transcende le vin. Il émane du plus profond de ces vignes dont l’histoire coure sur 2000 ans. Ausone est aujourd’hui un vignoble de 7 ha de coteaux, certains très abruptes et magnifiquement exposés est, sud-est, sur les hauteurs de la grande côte, au bord des remparts sud de la cité. Il existe peu d’endroit à Saint-Emilion qui offre un terroir aussi idéal pour une meilleure maturation du raisin. A noter que pour faciliter le travail des vendangeurs, le château a du marquer chaque pied des anciennes plantations où se mélangeaient merlot et cabernet franc afin de respecter les écart de maturité de ces deux cépages qui dominent Saint-Emilion. D’ailleurs Ausone se les partage presque à égalité. Mais au cabernet franc, cépage historique du domaine, il doit beaucoup, sa longévité, sa complexité et sa pureté au point que toutes les replantations actuelles se font exclusivement en cabernet franc.

Autour d’une chapelle du XIIIe siècle

Le vignoble se répartit sur deux secteurs bien distincts. L’un couvre 5,5 ha de la côte exposée au sud, avec un sol d’argiles et de sables sur assise calcaire. L’autre de 1,5 ha se situe à l’aplomb d’une ancienne carrière. Ce secteur a la chance extraordinaire de posséder une parcelle de cabernet franc plantées en 1906 par l’arrière-grand père du propriétaire actuel entourant une chapelle du XIIIe siècle dédiée à sainte Madeleine. L’emplacement était autrefois un ancien cimetière sous l’occupation romaine. Peut-on ici imaginer l’extraordinaire verticalité des lieux ?  Au dessus, un sol très mince constitué d’argiles qui repose sur une roche calcaire à astéries très poreuse alimentant la vigne sans stress et sans excès avec des racines en contact direct de la roche. En dessous se trouve une carrière d’extraction de pierres creusée en 1580 sans doute pour alimenter Bordeaux  en matériaux de construction.

Des sommets Himalayens

De cette carrière à température constante, quel chai mieux adapté pour y entreposer les quelques 200 fûts de chêne destinés à l’élevage ! Ausone est un vin austère, dense, aux tannins soyeux lors de sa prime jeunesse mais que dix, quinze, vingt années, voire plus vont sublimer. Il se révèle alors un vin puissant, complexe, avec beaucoup de pureté, de la minéralité, un velouté exceptionnel (peu d’aspérité et pas d’astringence) et surtout une grande finesse, marqué enfin par des arômes intenses d’épices. Mais revers de la médaille pour les derniers grands millésimes, les quantités disponibles sont si infimes que les prix atteignent des sommets himalayens, entretenus il est vrai par la note absolu du Parker(100) attribuée notamment aux 2000, 2003 et 2005.

En biodynamie

Le domaine est depuis 2010 entièrement conduit selon les principes de la Biodynamie (bien que non officiellement certifié) et traité avec des produits naturels (la tisane d’osier contre le mildiou par exemple) avec pour modèle ce qui se fait à la Romanée Conti en Bourgogne. Les rendements sont généralement faibles, ils ne dépassent pas les 27 hl/ha. Pour le tri des vendanges, depuis 2011, le château s’est équipé de ce qui se fait de mieux aujourd’hui, une machine à bain densimétrique. La vinification (qui est parcellaire) se fait en 6 cuves bois avec thermo-régulation suivie d’un élevage de 20 mois en barriques de chêne 100 % neuves. Le chai souterrain a d’ailleurs été entièrement refait et recreusé dans les anciennes carrières de pierre.

  • La production annuelle est d’environ 18 000 bouteilles (assemblage : 55 % cabernet franc, 45 % merlot).
  • Second vin : Chapelle d’Ausone (60 % merlot, 30 % cabernet franc, 10 % cabernet-sauvignon)  issu des jeunes plants et des lots moins intéressants. La production annuelle tourne autour de 8000 bouteilles.

Pourquoi Ausone ?

Seulement trois familles se sont succédées sur les lieux prestigieux de cette propriété de Saint-Émilion, la famille Lescours, du XIIIe au XVIe siècles ; Jacques de Lescure et ses héritiers au XVIIe siècle ; les Chatonnet-Cantenat, de la fin du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle, et depuis, les Dubois-Challon-Vauthier issus de la même lignée. Mais l’histoire du château lui-même  commence en 1770 lorsqu’un certain Jean Cantenat maître tonnelier en barrique épouse Jeanne Chatonnet héritière d’une vaste propriété. Le domaine se constitue alors autour du Château que le couple se fait construire en 1781. Il lui  donne le nom du poète latin Ausone (3009-395) après avoir découvert, grâce au curé de Saint-Martin, dans le bas de la propriété, au lieu dit La Gaffelière, des vestiges archéologiques importants d’une villa gallo-romaine de l’antiquité tardive, ornée de mosaïques (la villa du Palat). Tout aujourd’hui permet d’affirmer qu’il s’agit bien de la villa de Lucaniac (datant du IVe siècle) du poète Ausone né à Burdigala (Bordeaux) grand amateur de vin dont il fit tant l’éloge et qui fut également professeur et conseiller politique du Bas-Empire romain.

Le père et la fille

Le château a été entièrement racheté en 1996 par la famille Vauthier après un conflit familial qui l’opposa aux Dubois-Chalon alors copropriétaires du château. Il est depuis dirigé par Alain Vauthier qui a du restructurer complètement le vignoble et consolider certains bâtiments qui, construits sur des galeries souterraines, menaçaient de s’effondrer. Depuis juillet 2005, Pauline Vauthier diplômée d’un BTS de Viticulture-Œnologie suit les traces de son père. Elle assure la direction technique d’Ausone et des différentes propriétés familiales :

  • Château Moulin Saint-Georges , 7 ha face au Château Ausone ;
  • Château Fonbel, propriété de 16 ha située dans la plaine de Saint-Émilion ;
  • Château Simard, domaine de 50 ha, situé dans le secteur de Canon La Gaffelière.

Les grands millésimes

…2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1994, 1990, 1989, 1988, 1987, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1961, 1959, 1953, 1949, 1947, 1945, 1929, 1921, 1917, 1900, 1874…

 

 

 

FacebookGoogle+Email