Ardèche (les vins d’Ardèche) Rhône, une incroyable terre à vignes !

L’Ardèche, oh combien vineuse (et dont la production est classée en vins du Rhône) est un département du sud-est de la France. Il est délimité à l’est sur 140 km, par la vallée du Rhône et à l’ouest par les hauts-plateaux du Massif Central dont le point culminant à 1754 m n’est autre que le mont Mézenc aux deux sommets (sur la même ligne de crête que le mont Gerbier-de-Jonc, entre Velay et Vivarais). Ancien pays du Vivarais, l’Ardèche couvre trois dénominations :

  • IGP Ardèche,
  • Côtes du Rhône,
  • Côtes du Vivarais.

A eux trois, ils étendent leurs vignes sur 12 000 ha le long de la vallée du Rhône, entre Condrieu, Saint-Joseph au nord jusqu’à Pont Saint-Esprit au sud près d’Orange. Jamais aucune région n’a possédé autant de grottes, des gorge, de bories : voir les fameuses gorges de l’Ardèche, de l’Aven d’Orgnac, de  Bourg-Saint-Andéol, du Mont Gerbier-de-Jonc (1551 m, aux sources de la Loire), de la cascade du Ray Pic, du bois de Païolive… Voici quelques unes  des merveilles d’un département qui n’en manque pas sans compter l’inestimable grotte de Chauvet datant de 36 000 ans (découverte en 1994, elle se visite aujourd’hui grâce à une étonnante reconstitution).

Carte Ardèche

Carte des vignobles d’Ardèche

Un sol rêche fait pour la vigne

Ici la vigne côtoie mûriers, châtaigniers, pins, lavandes et oliviers sur des terrains pierreux et secs, des terres de garrigue et des terrasses de galets roulés. Les vins produits sont les plus septentrionaux des méridionaux ; ils sont le point de rencontre entre la syrah du nord et le grenache du sud. Cette Ardèche méridionale, des Cévennes à la vallée du Rhône a réussi le pari fou de se restructurer (à hauteur de 70 %, un record !) à partir des années 1960. Partout on arracha les plants hybrides* pour replanter des cépages nobles (grenache, cinsault, syrah, gamay, cabernet sauvignon, merlot…). Une mention au chatus, cépage noir oublié mais qui par bonheur a resurgi depuis quelques années en Ardèche. En 1997 se crée l’association 2000 Vins d’Ardèche. Elle eut pour tache la caractérisation des terroirs, l’amélioration des outils de vinification, le développement de l’agriculture biologique, le passage à l’IGP et surtout donner de la notoriété à ces vins du sud d’Ardèche. Aujourd’hui, la production s’élève à 13 millions de bouteilles (30 % va à l’export) pour 1700 vignerons organisés en 16 coopératives (dont 13 regroupées au sein des Vignerons Ardéchois) et 70 caves particulières.

*Faut-il rappeler que 2 ardéchois se distinguèrent dans la recherche de plants résistants au phylloxera, Georges Couderc et Albert Seibel. On leur doit de nombreux hybrides qui sont à l’origine de la renaissance du vignoble ardéchois et languedocien.

Coteaux du Vivarais

Coteaux du Vivarais, cabanon dans les vignes construit en pierres sèches appelé capitelle. (Photo www.lesvinsdardeche.com)

16 cépages principaux, plus un local, le chatus

Chatus

Chatus, cépage noir ardéchois qui fut sauvé in extremis de la disparition par les vignerons de Vernon entre 1880 et 1940.

Le vignoble est constitué de 8 cépages blancs principaux (chardonnay, viognier, sauvignon, grenache blanc, ugni blanc, roussanne, clairette et marsanne, plus les cépages secondaires) et de 8 cépages rouges principaux (grenache, syrah, cabernet sauvignon, merlot, cinsault, gamay, carignan, pinot, plus cépages secondaires).

Le chatus, quelle renaissance !

A ces 16 cépages principaux*, s’ajoute un cépage local, le fameux chatus mentionné déjà en 1599 par Olivier de Serre. Ce cépage productif à grosses grappes compactes et à petits grains d’un noir bleuté était alors cultivé sur les terroirs légers et gréseux de la bordure cévenole du Bas-Vivarais (d’Aubenas à Bessèges). On l’appréciait pour ses qualités de robustesse et son rendement. Mais le phylloxera (1880) lui fut fatal. Il disparut remplacé par l’aramon. Seules quelques familles dont les Allamel réussirent à le garder et à le replanter. Il fut sauvé in extremis de la disparition par les vignerons de Vernon entre 1880 et 1940 qui l’appréciaient pour son degré, sa couleur et son corps. C’est dans les Cévennes ardéchoises (Piémont Cévenol), au sud-ouest du département au niveau des Vans jusqu’au au nord-est à Largentière que le chatus a sa terre d’élection.

*Au début du XIXe siècle, on en dénombrait en Ardèche, plus de 60. Que sont donc devenus ces abeillane, mortefeuille, olivette, passerille jusqu’à ce cépage appelé xérès ?

Domaine du Grangeon, Ardèche

Le chatus du domaine de Grangeon situé sur les hauteurs de Rosières dans le hameau de Balbiac. La récolte se fait à la main. Elle est éraflée à 100 %. L’élevage se fait sur 23 mois sans sous-tirage en fûts neufs.

L’ardéchois, Olivier de Serres père de l’agronomie française

Olivier de Serres

Olivier de Serres,(1539-1619) né et mort à Villeneuve-de-Berg (près de Saint-Andéol) est le précurseur de la viticulture moderne.

Olivier de Serres (1539-1619) est né et mort à Villeneuve-de-Berg (près de Saint-Andéol) tout près du domaine du Pradel*, à Mirabel qu’il acheta en 1558, un domaine constitué de 150 ha de bonne terre, aujourd’hui en plein cœur de l’Ardèche viticole. Olivier de Serres fut un protestant engagé, un écrivain humaniste et un agronome de génie. Il est surtout père de l’agriculture moderne notamment par l’ouvrage  publié grâce à l’aide d’Henri IV qui le rendit célèbre : Le Théâtre d’Agriculture et Mesnage des Champs. Il fut aussi le précurseur de la viticulture moderne, conseillant dans son ouvrage publié en 1600 (L ‘Observation des travaux des jours et des champs) de respecter quelques règles. Ainsi préconise-t-il avant l’installation d’un vignoble, d’évaluer le potentiel agronomique du terroir en réalisant des fosses pédologiques, et en tenant compte de la topographie, de l’exposition de la parcelle et des caractéristiques du climat local. Il prône également les vins de cépage : d’en séparer les espèces pour les serrer à part et d’en faire des vins selon le naturel de chacune, est chose louable…

*La propriété ouverte au public est aujourd’hui un centre d’apprentissage rattaché au lycée agricole Olivier-­de-Serres d’Aubenas. Les Jardins d’Olivier de Serres sont inscrits à l’inventaire des Monuments historiques. Un buste en bronze d’Olivier de Serres a été inauguré le 6 juin 2015 dans la cour d’honneur de son domaine du Pradel.

Les trois dénominations des vins d’Ardèche

I/IGP Ardèche

L’appellation s’étend sur 339 communes de tout le département de l’Ardèche avec la mention Coteaux de l’Ardèche sur 150 communes du sud de l’Ardèche sur une superficie totale en production de 7 500 ha. Les  vins sont élaborés en cépage unique ou en assemblage.

  • Vins rouges : 43 % en monocépage et 57 % en assemblage (45 % de la production).
  • Vins rosés : 57 % en assemblage (35 % de la production).
  • Vins blancs : 25 % en assemblage (20 % de la production).

4 grands types de terroirs 

La terre de garrigue à sols brun rouge, très caillouteux, issus de calcaires marneux, souvent intercalés de minces bancs plus argileux assurant une réserve hydrique suffisante à la maturation. Les pentes de sols minces d’érosion marneuse ou marno-gréseuse. Les collines aux sols sablo-argileux rouges et caillouteux, non calcaires, sur grès jurassiques très anciens. Les sols caillouteux et profonds, d’une infinie variété : cônes d’éboulis au débouché des combes, anciennes terrasses alluviales caillouteuses, faysses aménagées à flanc de collines aux sols sablo-caillouteux…

Il faut également tenir compte de la topographie, des microclimats, de la diversité des sols et l’apport de matériaux originaux comme par exemple, les basaltes du massif volcanique du Coiron.

La production en IGP Ardèche

385 000 hl sont labellisés en IGP Ardèche (51 millions de cols) dont 3,3 millions en IGP primeurs ; 4,6 millions en IGP Méditerranée et 266 000 bouteilles en IGP Comtés Rhodaniens.

Alba la Romaine

Alba la Romaine est le siège de Cave coopérative intercommunale d’Alba. Son territoire s’étend sur un rayon de 8 km autour d’Alba la Romaine ainsi que les communes d’Aubignas, St Jean le Centenier, St Pons, St Thomé et Le Teil. Le vignoble est travaillé par une trentaine de vignerons.

II/AOC Côtes du Rhône Côté Ardèche  et Côtes du Rhône Villages

Les Côtes du Rhône sont cultivées sur 1400 ha sur 4 communes du canton de Bourg-Saint-Andéol (Saint-Just-d’Ardèche, Saint-Marcel-d’Ardèche et Saint-Martin) aux confins sud-est du département de l’Ardèche, à la limite du Gard et du Vaucluse. La vigne occupe coteaux et terrasses anciennes à la confluence des cours d’eau de l’Ardèche et du Rhône.

3 niveaux de terrasses de 15 à 145 m de hauteur

Les sols, et notamment ceux classés en Côtes du Rhône Villages, sont établis principalement autour de nombreux vestiges d’alluvions anciennes et très caillouteuses du fleuve qui s’étagent de 15 à 145 mètres en trois niveaux de terrasses. Sur les sols chargés de galets rhodaniens, les terres sont bien drainées et offrent à la vigne une alimentation en eau régulière et la restitution, durant la nuit, de la chaleur emmagasinée la journée. Ces terroirs conviennent plutôt à la production de vins rouges de garde. Les sols recouverts des terres douces de loess de couleur ocre seraient mieux adaptés à l’élaboration des vins blancs et rosés et des vins rouges légers.

13 cépages autorisés

L’appellation autorise 13 cépages, certains à titre principal (grenache, syrah et mourvèdre), d’autres à titre secondaire. La syrah n’est arrivée que dans les années 60 mais elle se développe fortement depuis plus de 10 ans.

La production des Côtes du Rhône côté Ardèche

La production moyenne en AOC Côtes du Rhône* est de 50 000 hl (6,6 millions de bouteilles) dont 40 % est assurée par 2 caves coopératives (Bourg Saint-Andéol et Saint-Just d’Ardèche/Saint-Marcel d’Ardèche) et à hauteur de 60 %, par une quarantaine de caves particulières.

*Pour les Côtes du Rhône Villages, la production est en moyenne de 2 000 hl en moyenne (266 000 bouteilles).

Balazuc

Balazuc village médiéval fortifié, perché au sommet d’une falaise surplombant l’Ardèche. C’est aussi l’un des plus beaux villages viticoles de l’Ardèche dont les vins sont classés en IGP Ardèche

III/AOC Côtes du Vivarais

Côtes du Vivarais

Vendanges de grenache dans les Côtes du Vivarais

Cette AOC depuis 1999 couvre un vignoble de 500 ha environ en production, répartis sur 14 communes* situées sur le plateau calcaire des Gras, de part et d’autre des gorges de l’Ardèche. La principale composante géologique est constituée de terrains calcaires aux sols minces, riches en pierrailles et de terrains calcaires marneux (mélange de calcaire et d’argile) qui descend à l’est vers le sillon rhodanien et vers l’ouest jusqu’aux contreforts cévenols. Les coteaux situés en contrebas d’un versant calcaire sont particulièrement intéressants, du fait des apports réguliers de pierrailles qui viennent compenser les composantes argileuses des marnes, assurant un bon drainage et favorisant le réchauffement printanier du sol et la restitution nocturne de la chaleur emmagasinée le jour. A ces terroirs s’ajoutent les terrasses de la vallée du Rhône (commune de Saint-Montan) et les terrasses de galets roulés de la vallée de l’lbie (commune de Lagorce).

*9 communes d’Ardèche : Bidon, Gras, Larnas, Labastide de Virac, Orgnac l’Aven, Saint-Montan, Saint­Remèze, Lagorce, Vinezac plus 5 communes du Gard.

Production et cépages de l’AOC Côtes du Vivarais

La production annuelle est d’environ 1,3 millions de bouteilles dont 80 % est assurés par le secteur coopératif et 20 % par les vignerons récoltants. Les vins rouges (grenache et syrah) qu’on peut les qualifier de vins de montagne par leur côté rocailleux dominent à hauteur de 70 %. Ils sont marqués par des arômes de fruits noirs et d’épices avec des tannins plutôt robustes. Les rosés (grenache, syrah et cinsault) assurent 26 % de la production de l’appellation ne laissant aux vins blancs (grenache blanc, marsanne, clairette, viognier et roussanne) que 4 %.

L’Ardèche en terres amoureuses

En ces Terres Amoureuses

Doté d’un si beau nom, ce domaine mérite qu’on s’y attarde. Il est situé sur la rive droite du Rhône, aux portes des Gorges de l’Ardèche, à Bourg-Saint-Andéol, un territoire entre douceur du nord et climat méditerranéen.

Les amoureuses, histoire vraie ou légende

Jadis, la saison des fleurs venue, les jeunes filles de Bourg-Saint-Andéol venaient prendre le frais et bavarder près d’un ruisseau bordant les parcelles de vignes plantées sur le lieu-dit Vinsas. Les jeunes gens ne tardaient pas à les y rejoindre et d’inévitables rencontres amoureuses se jouaient là. D’où le nom attribué depuis à ces vignes, qu’il ne viendrait à l’idée de personne de débaptiser.

Aux mains d’un entrepreneur amoureux

Château les Amoureuses

Château Les Amoureuses, le coup de coeur de Jean-Pierre Bedel pour un vignoble de 76 ha réparti sur les deux communes de Bourg-Saint-Andéol et Saint-Marcel-d’Ardèche

Jean-Pierre Bedel, 63 ans et sa femme Florence font l’acquisition en 2011 du château des Amoureuse et de son vignoble avec la volonté d’insuffler un véritable vent de renouveau. Jean-Pierre Bedel est à la tête du groupe industriel Fabemi (un fabricant de produits moulés en béton et en pierre reconstituée). En achetant ce domaine, il eut un véritable coup de cœur. Sans doute était-ce en mémoire de son père ardéchois qui chaque année avait dû livrer son raisin à la coopérative. Réparti sur les deux communes de Bourg-Saint-Andéol et Saint-Marcel-d’Ardèche, le vignoble de 76 ha  est constitué d’une mosaïque de parcelles* situées entre 80 et 330 m d’altitude : essentiellement des terrasses argilo-calcaires orientées vers le Rhône recouvertes d’alluvions caillouteuses et sur les hauteurs, une terre de garrigues constituée de marnes-calcaires.

*Treize lieux-dits dont le Liby, Vinsas, Les Lauzes, Chabeaud, La Joannade, Gérige, Champrousset…

La liberté en renonçant aux appellations

Loverose 2016

En Terres des Amoureuses, ce rosé de presse (grenache N et syrah) offre des arômes de pomélo, groseille à maquereau, citron vert (10,50€)

Pour mener à bien son projet, il fit appel  à une équipe de spécialistes sous la conduite du célèbre œnologue suisse, Jean Michel Novelle remplacé depuis janvier 2017 par Jean-Philippe Trollet élu meilleur oenologue du monde en 2009 (“Winemaker of the year”) par le prestigieux International Wine Challenge(IWC).

Tout fut repensé, depuis le vignoble jusqu’aux moindres détails d’un chai ultra novateur* : choix des cépages (voir plus bas), conduite du vignoble (taille en Cordon de Royat), densité de plantation (4000 pieds/ha), rendement (de 30 à 35 hl/ha), élevage sous bois (fûts de chêne neufs du tonnelier Taransaud à Beaune)… ; et la mise en place d’une stratégie qui faisait renoncer aux appellations pour être libres de produire des vins issus de cépages variés : on s’est déclassé volontairement pour avoir une plus grande liberté au niveau de l’encépagement  devait préciser Jean-Michel Novelle. Ainsi, huit Vins de Pays de Méditerranée devaient naître des première vendange 2011.

*Un chai de 5000 m2 avec son cuvier de 59 cuves thermo-régulées et son chai à barriques aux plafonds noirs  et aux murs de béton brut parsemés d’étoiles lumineuses.

D’étonnants cépages jusqu’aux  touriga nacional, rolle (vermentinu) ou  tempranillo

Au château Les Amoureuse, 90 % des cépages sont rouges et 10 % blancs. Au départ, le vignoble était complanté de grenache, syrah, mourvèdre, carignan, merlot, marsanne, roussanne, viognier avec certains ceps de plus de 70 ans. Depuis, la liste s’est singulièrement allongée. Se sont ajouter cabernet sauvignon, pinot noir, marselan, sauvignon blanc, petit verdot, malbec, tannat et même touriga nacional, le célèbre cépage portugais de la vallée du Douro, une première en France ! S’y adjoignent depuis  2017, tempranillo, alvarinho et rolle. La production en 2016 était de 300 000 bouteilles réparties entre Château les Amoureuses avec 70 % de la production (Côtes du Rhône et IGP Coteaux d’Ardèche) et Terres des Amoureuses avec 30 % de la production (IGP Ardèche depuis 2014).

Touriga 2015

Le touriga national, cet incroyable cépage portugais, planté Porte de l’Ardèche, sur la commune de Bourg-Saint-Andéol. Au Portugal, il sert à l’élaboration des meilleurs portos rouges (vallée du Duro). Il donne des vins très foncés aux arômes très parfumés de sirops de fruits. Ici, planté sur les terres ardéchoises, il est élevé en fûts de chêne français, 100 % neufs pendant 15 mois. Il titre 15,5°. Il est vendu 19,90€

La gamme des Amoureuses

Deux amoureuses du château des Amoureuses à Paris en juin 2017, de gauche à droite , Marie-Justine Maret et Dominique Gattez (Photo FC)

  • Château les Amoureuses Les Charmes 2015 en Côtes du Rhône : 100 % grenache (8,90 €)
  • Les Amoureuses Carignan 2012 en IGP Coteaux de l’Ardèche (7,95€)
  • Le Liby Les Amoureuse2013 en IGP Ardèche : marsanne, roussanne, grenache, viognier, élevage de 12 mois en fûts de chêne français (11,90€)
  • Terres des Amoureuses Loverose 2016 en IGP Ardèche, grenache, syrah (10,50€)
  • Terre des Amoureuses Black Sublim 2012 en IGP Ardèche (assemblage de grenache, syrah, merlot) : 25€
  • Terres des Amoureuses Touriga 2015 (Vin de France) : cépage touriga national, élevage de 15 mois en fûts de chêne neuf (19,90€)

Château les Amoureuses : Jean-Pierre Bedel,  Quartier de Vinsas, 07700 Bourg-Saint-Andéol 0475545185 [email protected], www.terresdesamoureuse.com

Les Amoureuses

Le chai d’élevage du château Les Amoureuses, une production hors des sentiers battus.

Liste non exhaustive des vignerons indépendants

Clos de l’Abbé Dubois : Cécile et Claude Dumarcher – Le village – 07700 Saint-Remèze 0475989844 – [email protected]

L'Originel

Cécile Dumarcher du Clos de l’Abbé Dubois et sa Cuvée L’Originel 2015 en IGP Ardèche élaboré par un nouveau cépage découvert en 2010, le plant de Brunel (Photo FC)

www.closdelabbedubois.com :

  • Cuvée Vitaly 2015(IGP Ardèche) : grenache 50 %, syrah 50 % : 6€
  • Cuvée L’Originel 2015 (IGP Ardèche) : 100 % plant de Brunel, nouveau cépage découvert en 2010 (croisement grenache noir X jurançon noir) : 15€
  • Cuvée Simone 2013 (AOP Côtes du Vivarais) : grenache 50 %, syrah 50 %. Vinification traditionnelle, pas de levure chimique, macération 10 à 15 jours : 7€

Domaine des Accoles : Florence et Olivier Leriche – 550 Chemin de Villeneuve – 07000 Coux 0685 195746 – 06 89 93 7783  [email protected], http://accoles.fr. Domaine en agriculture biologique et Demeter :

  • Cab’ des Acoltypes 2015 Bio (IGP Ardèche) : 100 % cabernet sauvignon. Jeunes vignes (20 ans), 50 % de vendanges entières : 10,50€
  • Rendez-vous des Acolytes 2015 Bio (IGP Ardèche) : grenache 100 % vinifié avec levures naturelles : 9,50€
  • Miocène 2013 Bio (IGP Ardèche) : 70 % grenache,, 30 % carignan. Mise en cuve par gravité, vendanges entières à 70 %, levures indigènes, élevage en fûts à 50 % : 16,50€

Domaine Arsac : Sébastien Arsac – La Chaumette – 07580 Saint Jean Le Centenier 0475948841 – 06 31 823368 – [email protected]

(Bio Culture biologique certifiée)

  • Argence Bio 2015 (IGP Ardèche) : 100 % chardonnay (fermentation en fûts et élevage de 13 mois en demi-muids (650 l) : 13,25€
  • Les Amandières 2016 Bio (IGP Ardèche), viognier 100 %, élevage sur lies fines de 6 mois : 8,25€
  • Messis Ultima 2014 Bio (IGP Ardèche) : grenache 100 %, élevage en demi-muids de 15 mois : 17,25€

    Ardèche Viognier

    Ce viognier (IGP Ardèche) du Domaine de Cassagnole, Esprit de Cassagnole 2015 est à 8,50€ (Photo FC)

Domaine de Cassagnole : Audrey et Alex Biscarat – Les Tournaires – 07460 Casteljau 0475390405 – [email protected], www.cassagnole.fr

  • Esprit de Cassagnole 2015 (IGP Ardèche Blanc) : viognier 100 %. Elevage sur lies pendant 1 mois : 8,50€
  • Esprit de Cassagnoles 2016 (IGP Ardèche Rosé) : syrah, grenache et une pointe de viognier : 8,50€
  • Esprit de Cassagnole 2015 (IGP Ardèche Rouge) : marselan, syrah, carignan (pour ce dernier, macération carbonique de 8 jours) : 9€

Domaine du Chapitre : Frédéric Dorthe – Font de Mazade – 07700 Saint Marcel d’ Ardèche 75046736 – 0610 602854 – [email protected], www.domaine-du-chapitre.com

  • Le Chapître 2016 (Côtes du Rhône Blanc) : majorité de roussanne avec clairette et viognier : 10€
  • Le Chapître 2016 (Côtes du Rhône Rosé) : grenache, clairette, carignan, counoise : 6€
  • N°7 2016 (Côtes du Rhône Rouge) : grenache, syrah, counoise : 7,50€

Domaine Coulange : Christelle Coulange – Quartier Saint-Ferréol- 07700 Bourg Saint Andéol 0475545626 – [email protected], www.domaine-coulange-rhone.com

  • Côtes du Rhône 2016 Blanc : grenache blanc 30 %, viognier 30 %, roussanne 20 %, marsanne 20 %. Elevage sur lies pendant 2 mois : 6,50€
  • Mistral 2016 (Côtes du Rhône Rouge) : 80 % grenache, syrah 20 % : 6€
  • Côtes du Rhône Villages 2015: grenache 60 %, syrah 40 % :10€

Domaine du Grangeon : Christophe REYNOUARD – Balbiac – 07260 Rosières 0475395484 – [email protected], http://domainedugrangeon.free.fr

  • Viognier 2016 (IGP Ardèche Blanc) vinifié en fûts neufs pour 50 % (10,50€)
  • Syrah Baptiste 2015 (IGP Ardèche Rouge) : des vignes de syrah cultivées en terrasses en pierres sèches. Elevage en barriques neuves 100 % pendant 12 mois (16,50€)
  • Chatus 2014 (IGP Ardèche Rouge) : élevage en fûts 30 mois sur lies fines (1/3 en fûts neufs) : 14€

Domaine Guy Farge : 18, Chemin de la Roue – 07300 Saint-Jean de Muzols 04 75 06 58 49 – [email protected]

  • Bouquet de syrah 2016 (IGP Ardèche Rouge) : vendanges manuelles, levures indigènes, macération pelliculaire à froid : 7,90€
  • Bouquet de Blanc 2015 (IGP Ardèche Blanc) : 1/3 viognier, 1/3 roussanne, 1/3 marsanne : 9,90€

    Hélène Thibon du Mas de Libian

    Hélène Thibon du Mas de Libian de Saint-Marcel-d’Ardèche présentant 3 de ses cuvées : Cave Vinum 2015 (IGP Ardèche Blanc), Bout’Zan 2015 en AOC Côte du Rhône Rouge et La Calade 2015 en AOC Côtes du Rhône Rouge (Photo FC)

Mas de Libian : Hélène Thibon – Mas de Libian – 07700 Saint Marcel d’ Ardèche 0475046622 – [email protected] , www.masdelibian.com

(Bio Dynamie, certifié Demeter)

  • Cave Vinum 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 40 % roussanne, 40 % viognier, 20 % clairette : 14€
  • Bout’zan 2016 (Côtes du Rhône Rouge) : 75 % grenache, 25 % syrah. 30 % du vin est élevé 9 mois en foudres : 11 €
  • La Calade 2015 (Côtes du Rhône Rouge) : 90 % mourvèdre, 10 % grenache. 30 % du vin est élevé en demi-muids : 22€

Domaine Notre Dame de Cousignac : Raphaël Pommier – Cousignac – 07700 Bourg Saint Andéol 04755461 41 – [email protected]

  • Parcelle Sud 2016 Bio (Côtes du Rhône Blanc) : 45 % viognier, 25 % grenache B, 15 % marsanne, 15 % clairette : 9€
  • Côtes du Rhône 2016 Bio Rouge : 60 % syrah, 40 % grenache : 8€
  • Vinolithic 2015 Bio (Côtes du Rhône Villages Rouge) : 70 % grenache, 30 % syrah : 16€

Domaine Olivier de Serres : Jean-Marc Giacopelli – Le Pradel – 07170 Mirabel 04 75 36 76 56 – [email protected]

(Bio Culture biologique certifiée)

  • Viognier 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 7€
  • Cuvée Olivier de Serres 2015 (IGP Ardèche Rosé) : 60 % grenache, 40 % cinsault, par pressurage direct : 4,20€
  • Cuvée Olivier de Serres 2015 (IGP Ardèche Rouge) : 100 % merlot : 7€

Domaine de Pecoulas : Jacques et Laurent Eldin – Pecoulas – 07150 Lagorce 04 75 37 12 01 [email protected]

  • Vévé Viognier 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 6€
  • Mersy 2014 (IGP Ardèche Rouge) : merlot, syrah, élevage 50 % en fûts : 6,70€

    François Guignon de la Cave Coopérative d’Alba la Romaine présentant la Cuvée Monnaie d’Or. Un 100 % chatus vieilles vignes de 10 à 120 ans au rendement de 40 hl/ha. Eraflage, foulage et élevage de 12 mois en fût de chêne Français (Photo FC)

  • Terrasses de Chazeau 2016 (Côtes du Vivarais Rouge) : grenache, syrah : 5,40

Domaine du Père Léon : Nathalie Soboul – La Vernade – 07110 Vinezac 06 48 55 89 29 [email protected]

  • Domaine du Père Léon 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 60 % sauvignon, 40 % grenache B : 6,50€
  • Domaine du Père Léon 2016 (IGP Ardèche Rosé) : syrah, cinsault, granache N : 6,50€
  • Les Esclapaïres 2016 (IGP Ardèche Rouge) : 100 % merlot : 6,50€

Domaine Benoît Salel et Elise Renaud : La Charrière – 07230 Faugères 06 73 59 92 51 [email protected]

  • Qué Sa Quo 2015 (IGP Ardèche Coteaux de l’Ardèche Blanc) : 100 % viognier, élevage sur lies 10 mois : 12€
  • Trefol 2014 (IGP Ardèche Coteaux de l’Ardèche Rouge) : 55 % chatus, 25 % syrah, 20 % grenache, élevage de 13 mois en barriques de chêne : 13€
  • Le temps qui reste 2014 (IGP Ardèche Coteaux de l’Ardèche Rouge) : 100 % chatus, élevage 18 mois en barriques de chêne : 16€

Domaine de Vigier : Majorie Dupré– Vallée de l’Ibie – 07150 Lagorce 04 75 88 01 18 [email protected], www.domaine-de-vigier.com

  • Inès 2015 (IGP Ardèche Blanc) : 100 % viognier : 7,65€
  • Manon 2016 (Côtes du Vivarais Rosé) : grenache, syrah, vendanges manuelles : 6,30€
  • L’Intemporel 2015 (Côtes du Vivarais Rouge) : 70 % syrah, 30 % grenache, élevage 10 mois en fûts : 9€

Vignerons Ardéchois

Vignerons Ardéchois : Président André Mercier – 107 Route de Vallon – 07120 Ruoms 0475399808 – [email protected]www.uvica.fr

  • Orélie 2016 (IGP Ardèche Blanc) : sauvignon, chardonnay : 4,90€

    Ardèche André Mercier Vignerons Ardéchois La Cévenote

    André Mercier, le président des Vignerons Ardéchois

  • Ardèche par Nature – Réserve 2016 (IGP Ardèche Blanc) : sauvignon, grenache B : 5,65€
  • Sauvignon-Sarrasine 2015 (IGP Ardèche Blanc) : 100 % sauvignon : 6,20€
  • Chardonnay-Gravettes 2015 (IGP Ardèche Blanc) : 6,60€
  • Amandier 2015 (IGP Ardèche Blanc) : chardonnay, élevage 50 % sur lies, 50 % en fûts de chêne de 12 mois : 7,70€
  • Viognier-Grès du Trias 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 7,65€
  • Eglantier 2016 (IGP Ardèche Blanc) : 100 % viognier, élevage 50 % sur lies, 50 % en fûts de chêne de 12 mois : 9,20€
  • Orélie 2016 (IGP Ardèche Rosé) : gamay, grenache, syrah : 4,90€
  • Ardèche par Nature – Réserve 2016 (IGP Ardèche Rosé) : grenache N, merlot, élevage sur lies : 5,65€
  • Gris d’Ardèche 2016 (IGP Ardèche Rosé) : 100 % grenache : 5,65€
  • Vivarais Réserve-Grande Cuvée 2015 (Côtes du Vivarais Rouge) : 7€
  • Orélie 2016 (IGP Ardèche Rouge) : gamay, merlot : 4,90€
  • Ardèche par Nature – Réserve 2016 (IGP Ardèche Rouge) : merlot, syrah : 5,65€
  • Syrah-Basalte 2015 (IGP Ardèche Rouge) : 6,30€
  • Pinot Noir-Buis d’Aps 2015: 6,60€
  • Mûrier 2015 (IGP Ardèche Rouge) : 100 % merlot : 6,70€
  • Châtaignier 2015 (IGP Ardèche Rouge) : 100 % chatus, élevage de 12 mois en fûts de chêne : 8,60€
  • Terra Helvorum 2014 (IGP Ardèche Rouge) : 100 % syrah, élevage de 12 mois en fûts : 12,50

Un IGP Ardèche, médaille d’or des rosés 2017 pour Cuvée d’une Nuit 2016  (grenache, cabernet sauvignon)

La 14e édition du Mondial du Rosé s’est déroulée en avril 2017 à Cannes, organisé par l’Union des œnologues de France. Ce sont plus de 1 300 échantillons, en provenance de 25 pays du monde qui ont été dégustés. 30% des vins sont médaillés à l’issue du délibéré des jurys (2 sortes de médailles or et argent).

A la 14e édition du Mondial du Rosé 2017, les vignerons ardéchois ont remporté trois médailles. 2 médailles d’argent pour la cuvée Orélie et la cuvée Les Classiques Syrah. La Cuvée d’une Nuit est médaille d’or (elle était médaille d’argent en 2016).

 

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager