Bouchon en liège

Le Bouchon en liège est l’élément végétal servant au bouchage des bouteilles. Enumérer les avantages du liège revient à rendre ce type de bouchon incroyablement écologique. D’abord, le chêne-liège exploité capte deux fois plus de CO2 que n’importe quel autre arbre ; qu’une forêt de chênes-lièges abriterait un écosystème de 117 espèces animales et végétales et qu’il est le seul arbre résistant aux feux de forêts. Autre point très positif, tout le liège récolté est utilisé à  100 %. En plus, on ne coupe pas les arbres pour récolter le liège ! C’est grâce à la production de bouchons que le chêne-liège existe encore aujourd’hui. Enfin, aucune modification génétique dans le chêne-liège n’a été recensée. Seul risque pour le vigneron, voir son vin contaminé au TCA. C’est une molécule responsable de la plupart des vins bouchonnés, ce goût de bouchon, la hantise d’une dégustation, un défaut organoleptique majeur ! Mais 2016 voit une percée technologique majeure avec un bouchon en liège naturel garanti sans TCA (voir plus bas), le NDtech d’Amorim ou encore Diam, le fabricant de bouchons technologiques en liège lui aussi libre de TCA et de nombreuses autres molécules à l’origine de déviations sensorielles. Jusqu’à présent, aucun producteur de liège n’avait été en mesure de garantir un système de contrôle de qualité des bouchons en liège naturel ciblant les bouchons individuellement.

Chêne-liège

Chênes-lièges en exploitation au Portugal. Tout le liège récolté est utilisé à 100 % (Photo Diam)

Dans un bouchon de liège, 85 % d’air

Jusqu’au IVe siècle de notre ère, le liège était utilisé au bouchage de certaines amphores. Mais cet usage se perdit jusqu’à sa redécouverte au XVIIe siècle. La légende veut que dom Pérignon, à l’abbaye d’Hautvillers, ait remarqué les bouchons de liège obturant la gourde des pèlerins espagnols. Depuis, le bouchon de liège est devenu quasi  irremplaçable.

Le bouchon vient du chêne qui porte son nom et dont l’aire de végétation s’étend sur le pourtour de la Méditerranée. L’une de ses qualités, lorsqu’il est dépouillé de son écorce, est de la renouveler de cinq à dix millimètres par an. Mais sa propriété essentielle provient de sa capacité à établir un échange respiratoire entre le vin et l’atmosphère ambiante. II est constitué en effet d’un tissu imperméable rempli à 85 %  d’air, qui se compresse jusqu’à 35 % de son diamètre, idéal pour le bouchage des bouteilles. Son premier rôle est de protéger. Il assure une étanchéité qui heureusement n’est pas parfaite, laissant passer des microquantités d’oxygène par capillarité, très lentement et en quantité infime sinon le vin se transformerait en vinaigre. Il offre aux vins de nombreuses substances sous forme de composés aromatiques, dont une centaine a pu être identifiée et, parmi eux, la vanille. Il lui apporte également des tannins, héritage de son origine végétale qui servent à catalyser l’oxydation pendant son vieillissement.

Voir également : Chêne-liège.

Levée du liège

Seule l’écorce du chêne-liège (Quercus Suber) est prélevée au plus tôt tous les 9 ans. Cette extraction de l’écorce ou d’écorçage est appelée «levée du liège». Elle a lieu entre la mi-mai et le début juin, et se prolonge jusqu’aux derniers jours du mois d’août (Photo Diam)

Quel bouchon pour quelle bouteille ?

Bouchons en liège pour vins tranquilles

Bouchons en liège pour vins tranquilles (Photo Amorim)

Pour les vins tranquilles il existe 3 grandes catégories de bouchon : les bouchons de liège naturel, les bouchons colmatés et les bouchons à base de granulats de liège.

  • Vin de France VSIG (vin sans indication géographique), ex Vin de table : bouchon de 38 mm de long pour 24 mm de diamètre.
  • IGP(indication géographique protégée), ex Vins de pays : bouchon de 44 mm de long pour 24 mm de diamètre.
  • AOC/AOP : bouchon de 54 mm de diamètre
  • Champagne : bouchon de 47 mm de long pour 31 mm de diamètre.

Les différents bouchons

Bouchon de liège

Bouchon de liège 100 % naturel obtenu directement à partir de l’écorce du chêne-liège par tubage. On les trouve en différentes dimensions : 38 x 24 mm, 45 x 24 mm, 49 x 24 mm, 54 x 24 mm. Durée de garde estimée de 7 à 15 ans (un rebouchage est conseillé au bout de 10 ans). Photo Amorim.

  • Les bouchons de liège naturel : ils sont directement issus des planches de lièges débitées à l’emporte-pièce dans le sens vertical parallèlement aux différentes couches de croissance de l’arbre. Ils sont séparés selon leur aspect visuel en plusieurs catégories classées usuellement de Sup (meilleur aspect visuel) à 6 (moins bon aspect visuel). Ils sont dans la majorité des cas mono-pièces mais peuvent être aussi constitués de plusieurs pièces de liège collées entre elles.
  • Le bouchon colmaté : c’est un bouchon en liège de faible qualité dont les performances mécaniques et l’étanchéité ont été renforcées en agglomérant des particules de liège et de latex. Les bouchons naturels présentant un nombre relativement important de lenticelles* sont soumis à une opération dite de colmatage. Opération qui consiste à obturer ces dernières avec un mélange de colle et de poudre de liège provenant de la finition des bouchons et des rondelles, de manière à améliorer leur présentation visuelle et leur qualité d’obturation en augmentant la surface de contact liège-verre. Ils sont classés également selon leur aspect visuel.

*Les lenticelles sont de petites structures en forme de pores qui permettent l’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone.

  • Le bouchon en liège aggloméré : il s’agit d’un bouchon obtenu par moulage ou extrusion (technique qui consiste à faire passer une substance  à travers une filière pour obtenir des produits de section transversale homogène) avec différents agglutinants* : colle polyuréthane, paraffine et latex. Il sert aux vins primeur. Il existe aussi des mixtes (aggloméré,  plus rondelles naturelles en liège pour le Champagne et les vins effervescents). Ce sont des granulés de liège de qualité (en particulier, ceux résultant de la trituration des chutes de tubage ou de la découpe des rondelles) qui rentrent dans la composition des bouchons agglomérés.

*Ces granulés sont calibrés et collés à l’aide de colles spécifiques aptes au contact alimentaire.

  • Les bouchons “techniques” se sont développés depuis quelques années. Ces bouchons aussi appelés bouchons « n+n » comprennent un corps en liège aggloméré et en rondelles en liège naturel collées sur un ou les deux bouts (n indique le nombre de rondelles collées sur chacun des bouts). On rencontrera des bouchons 1+1, 0+1 ou 0+2. Ces bouchons permettent d’exploiter les excellentes caractéristiques d’obturation du liège aggloméré de densité élevée et de bénéficier, grâce à la barrière établie par des rondelles, des qualités du liège naturel seul en contact avec le vin. Ils sont classés selon l’aspect visuel des rondelles utilisées.
  • Le bouchon synthétique : depuis la fin des années 1990, ce bouchon connait une très forte croissance due à la hausse du nombre de bouteilles qui sont contaminées au TCA (le goût du bouchon), et grâce aux innovations en matière de procédés de production et au développement des matières synthétiques. Ces bouchons respectent la perméabilité à l’oxygène qui laisse vieillir le vin. Ils peuvent toutefois mener le vin à s’oxyder et à prendre un goût de pétrole après dix-huit mois.
  • Les bouchons synthétiques extrudés ou co-extrudés : les bouchons extrudés sont fabriqués comme un spaghetti de 22 mm de diamètre qui est ensuite coupé afin d’obtenir des bouchons de longueur standard (ex. de 37 mm ou 43 mm). Ce type de bouchon a une structure cellulaire proche de celle du liège. Les bouchons co-extrudés ont une partie externe qui protège la structure cellulaire centrale et qui contribue à obtenir une élasticité parfaite. La technologie de l’extrusion permet d’obtenir des bouchons identiques. Par conséquence, la conservation du vin en bouteille est identique pour un même lot d’embouteillage. Une des matières premières utilisées pour la fabrication des bouchons co-extrudés est le polyéthylène.
  • Les bouchons synthétiques  injectés : ce bouchon synthétique est fabriqué en mousse synthétique, comme tous les bouchons synthétiques. Ce bouchon a des extrémités fermées, rendant invisible la structure de la mousse. La caractéristique de cette technique est la paroi ferme avec de petites bulles d’air et le noyau tendre avec de grandes bulles d’air.
  • Les bouchons type Vinova®: ces bouchons sont une dernière évolution dans le monde des bouchons synthétiques. Ils combinent les avantages de l’extrusion et de l’injection. De ce fait ils ont une structure cellulaire homogène, et ils ont des bouts fermés.

Tout sur le bouchon de champagne et autres vins effervescents

Bouchon Champagne et vins effervescents

Bouchon Champagne et vins effervescents, 2 rondelles en liège naturel de 3 mm. Dimension : 48 x 31 mm (Photo Amorim)

Ce type très particulier de bouchon est constitué d’un manche et de rondelles. Le manche est un cylindre de liège aggloméré (constitué de granulés de qualité haut de gamme) sur lequel sont collées deux rondelles (plus rarement trois) qui iront côté vin. Ces rondelles sont fabriquées à partir de planches de liège minces. Contrairement aux bouchons de vins tranquilles, les rondelles sont découpées perpendiculairement aux couches de croissance et parallèlement aux lenticelles, dans le sens de l’épaisseur de la planche de liège. Ces rondelles sont soigneusement triées et celles présentant le miroir le plus fin seront disposées au contact du vin. Le montage du manche aggloméré et des rondelles s’effectue sur machine (encollage, assemblage, pressage et séchage). Avant d’être introduit dans le col, le bouchon définitif est un cylindre. C’est seulement une fois enfoncé partiellement et retenu par la capsule et le muselet qu’il prendra sa forme bien connue de “champignon”.

Ces bouchons en liège libres de TCA (goût de bouchon)

1/Le NDtech, premier bouchon en liège naturel garanti sans TCA

Cette percée technologique majeure est due au leader mondial du liège, Amorim en lançant après 5 années de recherche un bouchons en liège naturel garantis sans TCA relargable*. Sous le nom de NDtech, cette technologie de pointe passe au crible chaque bouchon en liège sur la ligne de production pour éliminer le risque de contamination par le 2,4,6-trichloroanisole (TCA). Auparavant, l’examen par chromatographie en phase gazeuse durait jusqu’à 14 minutes, ce qui le rendait inutilisable sur des lignes de production.

* Teneur en TCA relargable égale ou inférieure à la limite de quantification de 0,5 ng/l ; analyse réalisée selon la norme ISO

Le NDtech d’Armorim

le NDtech d’Amorim premier bouchon en liège naturel garanti sans TCA relargable*. Tout risque de goût de bouchon est éliminé
*Voir plus haut.

20752.

Un contrôle sur les 4,2 milliards de bouchons produits chaque année par Amorim

Aujourd’hui, avec une exceptionnelle précision, NDtech peut détecter tout bouchon de liège contenant plus de 0,5 nano-gramme de TCA par litre (parties par trillion). Ces bouchons sont retirés de la ligne de production automatiquement après un contrôle qui s’effectue maintenant sur les 4,2 milliards de bouchons produits chaque année par le groupe Amorin (leader mondial du liège). Si l’on considère que le seuil de détection de 0,5 nano-gramme/litre est l’équivalent d’une goutte d’eau dans 800 piscines olympiques, on peut imaginer le niveau de précision de NDtech. Pour cette innovation, Amorim s’est vu décerner au Vinitech-Sifel 2016,  Salon mondial vitivinicole qui se tient à Bordeaux, le Trophée d’Or dans la catégorie « Vigne et vin ».

2/Diam, le bouchon technologique en liège

Diam

Diam est un bouchon innovant qui allie la tradition d’un obturateur en liège et la sécurité mécanique et organoleptique d’un bouchage technologique.Il est libre de TCA (≤ à la limite de quantification de 0.3 ng/l) et de nombreuses autres molécules à l’origine de déviations sensorielles.

Diam vend plus d’un milliard de bouchons chaque année dans le monde. Leader dans la fabrication de bouchons en liège technologiques, Diam bouchage est une filiale d’Oeneo, un groupe au service du monde du vin à travers 2 métiers : la tonnellerie (Seguin Moreau) et le bouchage (Diam Bouchage). Depuis 2003, l’entreprise a investi dans un procédé révolutionnaire et breveté, appelé procédé DIAMANT®, exploitant les propriétés du CO2 supercritique pour extraire les composés volatils du liège et éradiquer ainsi le risque de « goût de bouchon ». Diam est le seul bouchon en liège qui offre à la fois une parfaite homogénéité d’une bouteille à l’autre, une maîtrise de différents niveaux de perméabilité. Il assure aussi, une grande neutralité sensorielle.

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager