Côte-Rôtie (Côtes du Rhône septentrionales)

Côte-Rôtie, cette grande appellation réservée au vin rouge est la plus septentrionale des Côtes du Rhône. Elle se situe rive droite du fleuve, à une vingtaine de kilomètres au sud de Lyon, juste après Vienne. Ici, elle occupe une côte très exiguë de 3 km de long où se concentrent 220 ha de coteaux abrupts orientés sud-est, littéralement rôtis par le soleil. Son vignoble qui remonte aux Romains couvre les 3 communes de Saint-Cyr-sur-Rhône, d’Ampuis et de Tupin-Semons, avec une nette tendance depuis quelques années à gagner le plateau. Faut-il rappeler qu’au siècle dernier, ce vignoble trop difficile à exploiter avait presque disparu ? Il fut sauvé après la Seconde Guerre Mondiale par le dynamisme de quelques viticulteurs dont Marcel Guigal. La zone d’appellation Côte-Rôtie couvre aujourd’hui 276 ha pour un rendement moyen de 32 hl/ha. La production annuelle se monte à près de 9000 hl (1,2 millions de bouteilles).

La Côte-Rôtie

Côte-Rôtie, l’impressionnante verticalité du vignoble (Photo Syndicat des vignerons de Côte-Rôtie)

Des vignes plantées sur des roches métamorphiques

Le vignoble de la Côte-Rôtie se situe en bordure orientale du massif central. La quasi-totalité des vignes est plantée sur des roches métamorphiques de 3 types :

  • Micaschistes sur les secteurs Saint-Cyr-sur-le-Rhône, nord et centre d’Ampuis donnant au sol des variations de brun.
  • Leucogneiss sur les secteurs sud d’Ampuis et nord et centre de Tupin. Le sol ici est très claire, sa patine est blanche (à rouille par altération).
  • Migmatites sombres sur les secteurs sud de Tupin du fait de la grande présence de biotite.

Entre Côte Brune et Côte Blonde

La division de la Côte-Rôtie en Côte Brune et Côte Blonde serait née d’une légende : le testament d’un seigneur local qui partagea ses terres entre ses deux filles, l’une était brune, l’autre blonde ? Plus prosaïquement, la différence s’explique par la nature et la couleur des sols :

  • la Côte Brune au nord, sur des sols en terrasses et coteaux très escarpés. Elle possède une terre brune à base de glaise  avec beaucoup d’oxyde de fer. Elle donne des vins corsés et de longue garde.
  • la Côte Blonde est dotée d’un sol éclairci par la craie. Les vins y sont plus légers et plus tendres.

    Côte Rôtie

    Côte Rôtie, au pied de la Côte blonde (Domaine Guigal (Photo Christophe Menou)

Du viognier associé à la syrah

Les deux côtes ont en commun des vignobles qui s’étagent en de minuscules terrasses bordées de murets rendant impossibles l’utilisation d’engins mécaniques. Mais la qualité des vins issus pour l’essentiel de la syrah associée  au viognier* (limité à 20 %) est à ce prix. Ce sont des vins capiteux, vineux, généreux, complexes, portés par une belle acidité, avec des notes de framboise, de cassis et d’d’épices. Avec l’âge, ils acquièrent des arômes de fruits cuits, de truffe, de sous-bois marqués d’une pointe de réglisse et de café. Des vins que la syrah appelée ici serine enrichit de son bouquet, apportant après dix ans de bouteille une touche de violette  qui les rend incomparables ! La Côte-Rôtie offrent des vins magnifiques qu’il faut savoir garder 5 ans minimum avec un potentiel de garde impressionnant.

*La Côte-Rôtie est la seule appellation rouge des Côtes du Rhône septentrionaux à pouvoir complanter du Viognier (jusqu’à 20%) à la Syrah, cépage blanc qui apporte à la syrah finesse et arôme.

Côte-Rôtie

Côte-Rôtie, 276 hectares de vignes très escarpées donnant sur le Rhône (Photo Syndicat des vignerons de Côte-Rôtie)

 

Liste non exhaustive des producteurs de l’appellation Côte-Rôti

Côte-Rôtie 2013

Côte-Rôtie 2013, La serine, nom originel de la syrah. Degré d’alcool : 14,5 °

Côte-Rôtie, vendanges

Côte-Rôtie, le temps des vendanges là où la syrah règne en maître (Photo Syndicat des vignerons de Côte-Rôtie)

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager