Denis Dubourdieu oenologue, consultant et vigneron (Bordeaux)

Denis Dubourdieu  (1949-2016) fut œnologue, professeur d’œnologie à l’Université de Bordeaux, chercheur mais aussi un consultant mondialement connu pour les châteaux d’Yquem, Margaux Pavillon Blanc, Cheval Blanc… et des dizaines d’autres domaines tous prestigieux tant en France qu’à l’étranger. Il fut aussi un vigneron de tous les talents propriétaire notamment du Château Doisy Daëne à Barsac.

Denis Dubourdieu

Denis Dubourdieu, oenologue, professeur et consultant mondialement connu. Il était surnommé, le pape du blanc (Photo Domaines Dubourdieu)

Le pape du blanc

Château Doisy-Daëne 2007, deuxième cru classé de Barsac en 1855. Propriété familiale de De

Château Doisy Daëne 2007, deuxième cru classé de Barsac en 1855. Propriété familiale de Denis Dubourdieu.

Pour ses travaux et les méthodes de vinification, il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la vinification et de l’élevage des vins blancs d’où le surnom qu’on lui attribua de pape du blanc. Il était connu dans le monde entier comme le professeur de Bordeaux.  Les travaux de son équipe ont aussi largement contribué à améliorer la connaissance de l’arôme des vins rouges (notamment l’arôme de poivron vert dans les cabernets ou les composés aromatiques du sauvignon). Son style marqué par une grande pureté aromatique, préférant la complexité à la puissance, se reconnaît dans ses vins. Ainsi ses blancs (secs ou liquoreux) au fruit éclatant, minéraux et élancés, associent-ils sapidité et fraîcheur, dans une interminable jeunesse.

Fondateur de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin

Depuis sa création en 2009, il dirigeait l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin) qu’il avait contribué à fonder et qui accueille dans ses murs toutes les équipes de recherche et d’enseignement dédiées à la vigne et au vin du pôle universitaire bordelais.  Ce centre, qui s’étend sur 10 000 m2, accueille 150 chercheurs et 200 étudiants, ce qui en fait le plus grand centre de recherche et de transfert de technologie sur la vigne et le vin en Europe.

Agronome de formation

Denis Dubourdieu disparu prématurément à 67 ans d’une tumeur au cerveau est né à Barsac en Gironde d’une famille de vignerons. Il était agronome de formation (détenant également une maîtrise en sciences économiques). Son sujet de thèse marqua sans doute sa carrière et le fit connaître sur le plan international : la pourriture noble des raisins et ses arômes sur les vins liquoreux. Il développa ensuite ses activités de recherche dans le domaine des levures, des arômes et des colloïdes et sur les causes du vieillissement prématuré des vins. Ces dernier temps, il s’était attelé à mettre au point une technique de taille pour lutter contre les ravages de l’esca (maladie du bois) concrétisée par un futur diplôme universitaire d’aptitude à la taille.

Vigneron et vinificateur

Denis Dubourdieu et sa famille

Denis Dubourdieu et sa famille, sa femme Florence et ses deux fils Fabrice et Jean-Jacques (Photo Domaines Dubourdieu)

Simultanément, Denis Dubourdieu était vigneron et vinificateur dans ses vignobles familiaux  qu’il gérait avec ses deux fils, Fabrice et Jean-Jacques, le premier comme directeur technique, le second étant responsable du marketing. C’est un ensemble de domaines, d’une surface de 135 ha, dans la région de Sauternes, des Graves et de Cadillac-Côtes de Bordeaux (Château Doisy Daëne, la propriété familiale à Barsac, deuxième cru classé de Barsac en 1855, Clos Floridène qu’il créa de toute pièce, Château Reynon appartenant à son épouse Florence, Château Cantegril et Château Haura). La production annuelle de cet ensemble avoisine 600 000 bouteilles dont 60 %  sont exportées dans plus de 40 pays.

L’Homme de l’année 2016 selon le magazine Decanter

Au printemps dernier, le magazine anglais Decanter lui décernait le titre de Man of the Year 2016. Il a publié plus de 200 articles  et ses travaux de recherche ont fait l’objet de quelques 700 citations. Il est l’auteur* d’un Traité d’œnologie (tome 1, Microbiologie du vin, Vinification ; tome 2, Chimie du vin, Stabilisation et traitement) aux Editions Dunod.

Il disait : Je conseille ce que je pratique, comme j’enseigne ce que je pratique !

* avec Yves Glories, Alain Maujean et Pascal Ribéreau-Gayon.

FacebookGoogle+Email