Latour-Martillac (Château Latour-Martillac) Pessac-Léognan Grand Cru classé (Bordeaux)

Latour-Martillac ce grand cru classé de Graves en rouge et en blanc (classement de 1953) est entre les mains de la famille Kressmann depuis près de 90 ans. Kressmann n’est autre que cette grande dynastie de négociants bordelais fondée par Edouard Kressmann, un rhénan venu en 1871 créer sa maison à Bordeaux. Aujourd’hui, ce sont ses arrières petits fils qui possèdent le château et les deux plus jeunes fils (Tristan et Loïc Kressmann) qui sont en charge de la vie de la propriété.

De château Latour à Latour-Martillac

Château Latour-Martillac

Cette tour donna son nom au château. C’est ce qui reste d’un ancien fortin du XIIe siècle (Photo du Château)

Le château situé sur la commune de Martillac aux portes de Bordeaux est un ancien domaine ayant appartenu à la famille de Montesquieu. La tour à laquelle il doit son nom est ce qui reste d’un ancien fortin du XIIsiècle qui faisait partie des défenses avancées du château de La Brède construit par les ancêtres de Montesquieu. Il s’agit d’une tour ronde au toit pointu qui se dresse au milieu de la cour d’honneur. A ce château Latour tel qu’il était alors appelé fut ajouté le nom du village, Martillac pour éviter toute confusion avec son homonyme de Pauillac.

50 hectares de graves sableuses et günziennes

Le vignoble s’étend sur 50 ha (40 ha en rouge et 10 ha en blanc) sur un terroir de graves sableuses à mi-pente auxquelles viennent s’ajouter sur la partie haute, les graves du plateau de Martillac (graves günziennes du Quaternaire au sous-sol argilo-calcaire riche en fer) dominant le village. L’encépagement  rouges est à 55 % constitué de cabernet sauvignon, 40 % merlot et 5 % petit verdot. Le sémillon et le sauvignon dominent respectivement à hauteur de 40 % et de 60 % les vignes blanches. Les vendanges sont manuelles. La production annuelle en rouge est estimée à environ 240 000 bouteilles et à 60 000 bouteilles en blanc. Le grand vin rouge est élevé16 mois en barriques à 40 % de bois neuf. Les Graves blancs du domaine suivent un élevage de 10 à 15 mois sur lies en barriques, dont un tiers sont neuves.

Seconds vins : le Lagrave-Martillac rouge créé en 1986 suivi en 1990 par le Lagrave-Martillac blanc. Ils sont tous les deux issus de jeunes vignes du château Latour-Martillac.

Château Latour-Martillac

L’utilisation du cheval sur certaines parcelles du château Latour-Martillac (Photo du Château)

L’empreinte d’Edouard Kressmann

En 1930, le château est acheté à la mort de son propriétaire par Alfred  Kressmann fils aîné d’Edouard. Celui-ci avait été très tôt attiré par l’exceptionnel potentiel de ce terroir pour les vins blancs (issus à 80 % sémillon et à 20 % muscadelle) au point d’en contrôler le vignoble depuis 1880. Pour s’en rappeler, il reste cette parcelle de 65 ares greffée en 1884, toujours visible dans la partie sud-est du domaine ; une parcelle appelée Grattecap, du latin gratum caput (vignes au vin délicieux) travaillée aujourd’hui à la main et à l’aide du cheval pour le labour. S’y retrouvent les cépages historiques du château (sémillon et muscadelle) qu’Edouard Kressmann avait sélectionnés pour son Graves Monopole Dry, un nom qui aurait été donné en souvenir de la grande cantatrice italienne Adelina Patti (1843-1919)*. Elle parlait de ce vin, de ce petit dry qu’elle appréciait tant et dont Kressmann a le monopole. En hommage à la diva, Edouard Kressmann lançait en 1897, ce qui sera la plus ancienne marque de Bordeaux encore commercialisée aujourd’hui, sous le nom de Kressmann Monopole Dry.

*Sa voix légendaire de soprano enchanta cette dernière moitié du XIXe siècle. Adelina Patti avait fait ses débuts en 1859 à l’Opéra dans le rôle-titre de Lucia di Lammermoor de Donizetti (le fameux air de la folie !).

Une étiquette barrée d’or et de sable

étiquette barrée d’or et de sable du château Latour-Martilla

La célèbre étiquette barrée d’or et de sable du château Latour-Martillac

Dès 1934, le château adoptait sa célèbre étiquette barrée « d’or et de sable » dessinée par le fils d’Alfred, Jean* au talent d’artiste reconnu. Enfin, la consécration vint le jour où  un château Latour-Martillac rouge 1929 fut choisi par la Wine and Spirit Benevolent Society de Londres pour être servi en 1936 au palais de Buckingham lors du couronnement de George VI. Aujourd’hui, après rénovation profonde des chais en 1989, Tristan (administration générale) et Loïc (direction technique) poursuivent la tradition familiale. À leur arrivée, les deux des fils de Jean, avait déjà repensé et complété le vignoble par l’introduction du sauvignon et du petit verdot.

*Jean Kressmann a été avec André Lurton, l’un de ceux qui créèrent l’appellation communale Pessac-Léognan en 1986, regroupant 10 communes du nord de la région des Graves situées dans l’historique Banlieue Prévôtale de Bordeaux.

Latour-Martillac s’offre deux grands consultants

Denis Debourdieu

Denis Dubourdieu, celui qu’on surnomma le pape du blanc, fut le consultant du château Latour-Martillac (Crédit : DR)

C’est sur l’initiative de Tristan et Loïc Kressmann que le château s’attacha les services de deux des plus grands consultants : l’incontournable Michel Rolland pour les rouges et pour les blancs, celui qui fut tout à la fois vigneron, oenologue, chercheur et professeur à la faculté de Bordeaux, Denis Dubourdieu qu’on surnomma le pape du blanc et à qui l’on doit d’avoir transfiguré le vin blanc qu’on boit aujourd’hui. Il est malheureusement mort en  juillet 2016, trop jeune, à l’âge de 67 ans, d’une tumeur au cerveau. Il intervenait ici pour les fermentations des blancs. C’est lui qui forma Valérie Vialard*, l’œnologue du château :  Dubourdieu a isolé des souches de levures propres à notre vignoble qu’on utilise pour nos blancs.

*Recommandée par Denis Dubourdieu, Valérie Vialat œnologue et diplômée d’un IUT de technique de commercialisation, devait rejoindre le château pour les vendanges 90. Depuis, elle ne l’a plus jamais quitté, travaillant en collaboration avec Denis Wendling, chef de culture.

Latour-Martillac mais aussi les châteaux Gorce et Langlet

Les Vignobles Jean Kressmann se sont étendus  en 1994, avec la prise en fermage du château de Gorce appartenant à Charly Estansan. Il est situé à quelques centaines de mètres du clocher de la vieille église de Quinsac. Son vignoble de 5,7 ha,  à majorité merlot à 70 % est remarquablement exposé sur des coteaux graveleux. Il est classé en Premières Côtes de Bordeaux. Cinq ans plus tard en1999,  la famille acquiert  le prometteur Château Langlet, l’un des plus anciens crus de la région. Le domaine est situé sur le canton de La Brède, au sud de Bordeaux. Le vignoble de 8,6 ha classé en Graves s’étend sur une croupe de graves profondes superbement exposée dans le village de Cabanac-Villagrains. Son Graves Rouge (7,1 ha) sur des sols de petites graves de la période tertiaire couvertes d’argile et de sable est produit à 45 000 bouteilles (80 % merlot et 20 % cabernet sauvignon). Château Langlet en Graves Blanc (1,5 ha) issu à 100 % de sauvignon blanc est produit à 6000 bouteilles.

Tristan et Loïc Kressma

Ce sont les arrières petits fils d’Edouard Kressmann qui possèdent le château et les deux plus jeunes fils (Tristan et Loïc Kressmann, ici sur la photo) qui sont en charge de la vie de la propriété (Photo du Château)

FacebookGoogle+Email