Michel Chapoutier (portrait)

Michel Chapoutier, l’homme de Tain l’Hermitage est un des rares vignerons à la stature internationale, la star incontestée de la vallée du Rhône saluée pour son engagement dans la viticulture française et rhodanienne (président aujourd’hui de l’interprofession Inter Rhône) ; un homme bon vivant, hédoniste qui parle vrai, usant d’un humour décapant et qui se montre infiniment  respectueux des hommes et de la nature. Dans une démarche humaniste, ne fut-il pas le premier au monde à transcrire dès 1996 en braille cartes de visite et étiquettes de l’ensemble de ses vins. Cet adepte depuis plus de 25 ans de la biodynamie (avec plus de 250 ha, il possède le plus grand vignoble en biodynamie de France, voire d’Europe), est en plus un abonné régulier (comme plusieurs de ses voisins d’ailleurs), des 100/100 au Parker. Bref, un homme généreux comme ses vins, et qui aime rappeler qu’il vend du plaisir et non de la connaissance sous-tendant une mise en garde : le monde du vin doit faire attention de ne pas se ghettoïser dans un snobisme suicidaire.

Michel Chapoutier

Michel Chapoutier à Paris en avril 2016, en tant que Président d’Inter Rhône (Photo FC)

Michel Chapoutier, Rhone Ranger oui mais l’original

Le groupement des Rhone rangers forme une association en Californie (Central Coast) qui a pour objectif de promouvoir les cépages rhodaniens. Ainsi, des pionniers comme Randall Grahm, aux cotés de Joseph Phelps (Joseph Phelps Winery), de Bob Lindquist (Qupé Wine Cellars) et de quelques autres, furent-ils les premiers à assurer dès les années 1980 la promotion des cépages rhodaniens. The Rhone Rangers rassemblent aujourd’hui quelques 150 wineries élaborant leurs vins à partir exclusivement de 22 cépages originaires de la vallée du Rhône. Chaque année se déroule d’ailleurs à Paso Robles (Central Coast*, entre San Francisco et Los Angeles), le rassemblement des Rhone Rangers lors d’une dégustation géante de ces 22 cépages, manifestation qui s’est baptisée Hospice du Rhône (avec pour thème en 2016 : Rhône wishes do come true !). Il était donc tout naturel de rapprocher la vallée du Rhône, à la Californie et à l’Australie, l’autre grand pays (continent !), de la syrah appelée là-bas shiraz. Et pourquoi ne pas envoyer des jeunes : collégiens, lycéens, étudiants, jeunes professionnels découvrir le vignoble californien…et l’anglais, auprès de wineries telles que Anglim Winery, Bonny Doon Vineyard (Randall Grahm du domaine Bonny Doon Vineyard, fut l’un des fondateurs du mouvement Rhone Rangers), Cass Winery, Derby Wine Estates, Guyomar Wine Cellars, Horton Vineyards, Kita Wines, Kukkula, Michael-David Vineyards, Pax Mahle Wines, Sculpterra Winery, Summerwood Winery, Tablas Creek Vineyard (des frères Perrin, propriétaire de Beaucastel), Thirty-Seven Wines. (www.rhonerangers.org.) !

* Sur les territoires les plus fais de Central Coast comme Paso Robles, Santa Barbara, Santa Rita Hills, Santa Ynez Valley…).

Des jeunes parfaitement bilingues

L’objectif de cette initiative imaginée par Michel Chapoutier en tant que président d’Inter Rhône est bien évidemment de générer des vocations mais surtout de constituer la nouvelle génération, une génération parfaitement bilingue (enfin !), qui aura demain, entre ses mains, le destin du vignoble rhodanien.

 

Tablas Creek Vineyard en Californie

Tablas Creek Vineyard (48 ha) à l’ouest de Paso Robles (Central Coast en Californie) appartient depuis 1989 aux frères Perrin (propriétaires du Château de Beaucastel). Sur ce terroir très similaire à celui de Château-neuf-du-Pape, on y vinifie les mêmes 13 cépages : Carignan, cinsault, counoise, grenache, mourvèdre, muscardin, syrah, durif (petite sirah, un croisement des cépages peloursin et syrah), picpoul noir, terret noir, vaccarèse et en blanc : bourboulenc, clairette, grenache blanc, marsanne, muscat blanc à petits grains, picardan, picpoul, roussanne, ugni et viognier.

Concours du meilleur élève sommelier

Autre action auprès des jeunes, le concours que Michel Chapoutier patronne chaque année du Meilleur Élève Sommelier en Vins et Spiritueux de France réservé aux élèves sommeliers qui suivent leur scolarité dans les lycées hôteliers ou CFA français et présentent soit la Mention Complémentaire en Sommellerie, soit le Brevet Professionnel en Sommellerie. Ce Grand Prix Chapoutier-Metro 2016 sous le Haut Patronage du Ministère de l’Education Nationale a été attribué à Jade Dufrenoy, du Lycée Hôtelier Bonneveine à Marseille. La deuxième et troisième place sont allées à Clément Delécluse (lycée technique hôtelier de Gascogne à Valence) et Maxime Fiaschi (lycée hôtelier du parc de la francophonie à La Rochelle).

La carrière d’un autodidacte

C’est un autodidacte passionné et ambitieux qui succède à son père Max en 1989 (la septième génération) en prenant la tête de la maison Chapoutier (située à Tain l’Hermitage), un domaine familial alors en difficulté. On lui doit la formidable expansion de sa maison dont les vignes couvrent aujourd’hui 360 ha cultivés en biodynamie (ou en conversion) : 9 millions de bouteilles commercialisées par an, 130 salariés et un chiffre d’affaires qui a été multiplié par 25 en 25 ans (50 millions d’€ en 2015). Si la maison possède le plus important domaine en Hermitage, elle est également présente dans les appellations Crozes-Hermitage, Saint-Joseph (avec son ami Yannick Alléno), Ardèche, Côte-Rôtie, Condrieu, Châteauneuf-du-Pape, Banyuls, Grignan-les-Adhémar, Roussillon, Alsace (Domaine Schieferkopf sur le Felsberg à Bernardvillé, à côté de Reichsfeld, sur une incroyable veine de schiste bleu). Michel Chapoutier est aussi présent au Portugal et en Australie dont 3 domaines exclusivement plantés en shiraz (syrah) dans l’Etat de Victoria près de Melbourne. De ces acquisitions vient sans doute sa passion pour l’art aborigène. Dernier vignoble passé dans l’escarcelle de Michel Chapoutier (début 2016), en Provence, le château des Ferranges, 30 ha entre Aix-en-Provence et Saint-Maximin avec une production à 90 % Rosé.

Michel Chapoutier Hermitage

Michel Chapoutier possède 34 ha en appellation Hermitage entièrement en biodynamie.

Michel Chapoutier, la cinquième marque de vin la plus admirée au monde en 2016

La marque Michel Chapoutier est depuis 5 ans la marque française de vin la plus admirée au monde selon un classement annuel* établi par le magazine Drinks International. Michel Chapoutier s’intègre dans le top 5 des marques de vin les plus admirées dans le monde devançant en ce qui concerne la France, en sixième position, son voisin d’Ampuis, Guigal puis, Château d’Yquem (9), Mouton-Rotschild (11), Château Haut Brion (20), Château Latour (21), Domaine Paul Mas (24), Château Margaux (29), Château Cheval Blanc (30), Louis Latour (32), Château Lafite Rothschild (34), Petrus (36), Duboeuf (45).

Qui précède Michel Chapoutier dans ce classement des 50 marques de vin les pus admirées au monde selon le magazine Drink international ? En premier, Penfold (Australie) propriété de Treasury Wine Estates suivi par Torres (Espagne), puis Ridge Vineyards (Californie) appartenant au groupe Otsuka Pharmaceutical (!) et en quatrième position, la marque chilienne Casillero del Diablo de Concha y Toro.

*Classement international établi d’après un panel d’experts (Masters of wine, sommeliers, enseignants en œnologie, journalistes…) sélectionnant des marques de toutes régions, de tous styles selon des critères précis comme le marketing ou la progression de la qualité.

Hermitage rouge, Monier de la Sizeranne

Cet Hermitage rouge appelé Monier de la Sizeranne dont l’étiquette est en braille (comme pour tous les vins de Michel Chapoutier) est à l’honneur de Maurice de La Sizeranne (1857-1924) né à Tain-l’Hermitage. Devenu aveugle à l’âge de 9 ans, il consacre sa vie à la cause des déficients visuels. Il crée en 1889 l’Association Valentin-Haüy au service des aveugles et des malvoyants.

Le Champagne tel un graal

A quand une acquisition champenoise quand on sait que Michel Chapoutier est un fou de Champagne ? Un début de réponse peut-il se déceler dans cette association avec son ami, le champenois Laurent Gillet de la Maison Devaux* (au cœur de la Côte des Bar). Ils présentaient leur premier millésime, un extra brut 2008 baptisé Sténopé (ancêtre de la photographie) avec l’ambition de sortir chaque année une cuvée millésimée sous la responsabilité de Michel Parisot chef de cave de la maison Veuve A. Devaux. La cuvée Sténopé est extraite de parcelles exceptionnelles qui doivent être la photographie exacte du millésime : 7 ans d’élevage après une fermentation en fûts de chêne des Ardennes et in fine, 3400 bouteilles (130 € l’unité) et 620 magnums. Le Millésime 2009 est attendu pour septembre 2016. Ainsi va le monde du vin selon Michel Chapoutier, l’un apporte la science du parcellaire, l’autre la maîtrise des assemblages dans une union amicale du Rhône et de la Champagne.

*Propriété de l’Union Auboise, coopérative créée en 1967 présidée par Laurent Gillet.

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager