Morgon (Beaujolais) cru du Beaujolais

Morgon est l’un des 10  grands cru du Beaujolais (vin rouge). Un Morgon se doit de morgonner, lorsque ses arômes de fruits mûrs à noyau se déploient délicatement dans le palais. Est-ce à la nature de son sol qu’il doit d’être le plus dur, le plus corsé, le plus minéral des Beaujolais ? Oui, sans aucun doute, grâce à son sol étonnant ! Le mont de Py, qui culmine à 352m offre sur ses coteaux, les meilleurs terroirs : un composé de minces couches de roches volcaniques et schisteuses riches en manganèse et gorgé d’oxyde de fer que l’on appelle morgons.

Une terre pourrie

Résultat, une terre ocre, une terre pourrie* comme on dit là-bas qui se désagrègent rapidement. Par cette terre, le Morgon capte sa propension à bien vieillir. Ce superbe vignoble de 1100 ha est, après brouilly,  le plus étendu des dix crus du Beaujolais. Morgon est situé sur les coteaux ouest de la Saône, au coeur des crus , à 50 km au nord de Lyon et à 20 km au sud de Mâcon.

*Ce qu’on appelle  “roche pourrie”ou terre pourrie ou “morgon” est une altération très avancée des schistes et des roches éruptives bleu-vert très anciennes.

Un vin de construction romane

Le cépage unique de l’appellation est, bien sûr, celui du Beaujolais : le gamay noir à jus blanc, dont les producteurs tirent un vin rouge couleur rubis, aux arômes surtout fruités : cerise, framboise, groseille et plus tard kirsch, qui s’affinent avec les années. A cela s’ajoute des notes d’épices (poivre) et, parfois, de fruits à noyaux (pêche). On les qualifie souvent de construction romane, massive, inébranlable à trame tannique serrée et à l’alcool suave à souhait, des vins prêts pour un purgatoire de cinq à six ans de cave (Jusqu’à dix ans les grandes années).

L’appellation produit 8 millions de cols d’un vin qui n’est mis en bouteilles que sept à neuf mois après les vendanges pour y rester au minimum un an. Au sud de Fleurie et de Chiroubles, à Villié-Morgon commune qui regroupe la totalité de l’AOC (le hameau de Morgon qui donne son nom à l’appellation fut rattaché à Villié en 1867), ne dit-on pas que le Morgon a le fruit d’un Beaujolais et le charme d’un Bourgogne !

A Morgon, les 6 climats formant 6 entités homogènes

Depuis 1985, afin de mieux préciser la provenance des cuvées, l’aire d’appellation du  Morgon est divisée en six climats formant six entités homogènes tant au point de vue du terrain que de l’exposition.

  • Les Charmes. Orienté au sud-est entre 300 et 450 m d’altitude sur des arènes granitiques, il donne des vins très parfumés et ronds.
  • Corcelette. Au nord-ouest de l’appellation étagé de 300 à 400 m sur terroir granitique léger en surface, ce climat donne des vins au parfum de fruits rouges, robe rouge violacé.
  • Côte du Py. Sur la colline du Py, culminant à 350 m  (et  à proximité de l’ancienne voie romaine reliant Lyon à Autun), le sous-sol d’origine éruptive et de roche basaltique confère à ces vins des arômes de cerise avec des notes épicées. Corsés, ils ont un bon potentiel de garde
  • Douby. Climat adossé aux coteaux de fleurie. Vin corsé et harmonieux, riche en fruit.
  • Grand Cras. A une altitude moyenne de 260 m, sur les contreforts sud et sud-est de la côte du Py, ce terroir schisteux produit des vins corsés, avec des notes de kirsh.
  • Les Micouds. Le plus petit des climats en superficie. Orienté au soleil levant, de maturité assez précoce, il allie finesse et tannins bien fondus.

En 2008, il y avait 565 opérateurs sur l’appellation, dont 451 viticulteurs, 412 vinificateurs et 106 négociant-éleveur.

FacebookGoogle+Email

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.