Pinault (François Pinault) vigneron 2016

Pinault François (vigneron) : cet homme d’affaire (Société Kering) huitième fortune française (12.700 M € en 2015 d’après le magazine Challenges) célèbre pour avoir acquis le Palazzo Grassi à Venise sur les bords du Grand Canal et plus récemment, la Douane de Venise afin d’y exposer ses collections d’art contemporain, est aussi un grand amateur de vin.

De l’art contemporain à l’art du vin

Faut-il préciser d’abord qu’il possède Christie’s chargée de la célèbre vente annuelle de vin des Hospices de Beaune ; qu’il est ensuite propriétaire via sa holding Artémis, depuis 1993 du château Latour* ; du domaine Engel à Vosne-Romanée en Côte de Nuits acheté en 2006, 13 m d’€ et rebaptisé château Eugénie, un domaine de 6 ha (dont 2.5 ha classés en grands crus) et depuis 2011 dans les Côtes du Rhône, du célèbre Château Grillet, 3,8 ha en appellation monopole pour un prix estimé à 4 millions €/ha. Bref, une belle revanche pour celui qui avait vu en 1997, château Ausone lui passer sous le nez après un raid maladroit.

* Château Latour, un des cinq premiers grands crus classés 1855 dans le Médoc, annonçait en 2012 son retrait du système de vente en primeur avec le négoce (à partir du millésime 2012). Une raison toute simple : un Château Latour 2008 en primeur était vendu 150 € la bouteille, alors que celle-ci se négocie aujourd’hui environ 800 € .

Des ouvrées au prix de l’or

Sa conquête de la Bourgogne ne s’est pas arrêtée à la Côte de Nuits. Il a aussi pris  pied en Côte de Beaune non plus par hectare mais par ouvrée*. A l’été 2012, il achetait pour plus d’1 million d’€ une ouvrée du Château de Puligny-Montrachet (ce climat de 8 ha voit donc son hectare atteindre la somme vertigineuse de 23,3 m d’€) sans oublier qu’il s’était déjà porté acquéreur de 2 ouvrées du Grand Cru Bâtard-Montrachet pour environ 900 000 € chaque.

*Une ouvrée est une unité de mesure bourguignonne. Elle représente la surface de vigne qu’un vigneron peut bêcher en une journée de travail soit 4,28 ares.

Après la France, la Californie

En juillet 2013, l’annonce a été faite par le biais de Frédéric Engerer directeur général des vins du groupe Pinault, le milliardaire propriétaire entre autre de l’hebdomadaire Le Point s’est porté acquéreur (via sa holding Artemis) d’un des plus beaux domaines de Napa Valley considéré d’ailleurs comme un domaine culte : Araujo Estates Wines situé à Calistoga (Calistoga et Napa Valley AVAs*), au nord de la vallée.

* American Viticultural Area (s’apparentant à nos AOC).

François Pinault s’offre Araujo Estates Wines, un domaine culte

Araujo Estates Wines possède un joyau, son cœur et son âme dit-on, le célèbre vignoble Eisele* (acheté en 1990) de 38 ha planté depuis 1960 en cabernet sauvignon et situé au pied de Palissade area, au sud-est de Calistoga. Il eut comme conseil, l’œnologue Michel Rolland. Il est exploité en biodynamie depuis 1990.

Eisele vineyard a été autrefois la propriété  de Milt et Barbara Eisele qu’ils avaient acheté en 1969,  fournissant alors, Robert Mondavi puis Ridge Vineyards et Joseph Phelps qui se servit de ses grappes pour élaborer son célébrissime Insignia blend un assemblage de style bordelais considéré comme un Premier Cru.

*Jusqu’à $ 2000 et plus par bouteille selon le millésime.

L’image tutélaire de Château Latour

Le prix de cette majeure transaction a été estimé à $ 300 000 l’acre soit un total de 48 millions de dollars. La famille Araujo (Bart et Daphne Araujo) sont resté à la tête du vignoble jusqu’en 2014. Voici en ces termes l’explication adressée par les anciens propriétaires, aux clients du domaine, de l’arrivée de François Pinault et de son fils François-Henri : les meilleurs acheteurs pour cet extraordinaire vignoble qui est notre maison depuis 23 ans. Le riche héritage de château Latour, conjugué à la passion de ses propriétaires pour le monde du vin, leur engagement tourné vers l’excellence et leur extraordinaire série de succès nous assurent que l’Araujo Estate et l’Eisele Vineyard seront traités avec le plus grand des soins et la meilleure des intentions.

Pour François Pinault, le Nouveau Monde s’est offert à lui à prix d’or mais Bordeaux et Latour n’ont-ils pas ici, à Napa Valley par leurs assemblages et leurs cépages, cette image exemplaire, tutélaire et planétaire ?

FacebookGoogle+Email

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.