Roche-aux-moines (AOC Savennières-Roche-aux-Moines) Anjou (Loire)

Roche-aux-Moines  (AOC Savennières-Roche-aux-Moines) Anjou (Loire) vins blancs secs ou demi secs : jusqu’en 2011, la Coulée-de-Serrant et la Roche-aux-moines étaient deux dénominations géographiques complémentaires de l’AOC Savennières. Aujourd’hui, l’ancienne appellation se retrouve divisée en trois AOC :

  • 1/Savennières,
  • 2/Savennières-Coulée- de -Serrant,
  • 3/ Savennières-Roche- aux-moines.

Savennières-Roche-aux-moines, nouvelle entité à part entière est un terroir unique, à l’aplomb de la Loire, véritable éperon rocheux qui s’avance vertigineusement sur le fleuve. Un haut rocher sur la rive gauche (en fait c’est la rive droite) de la Loire précise la charte de donation aux moines de Saint-Nicolas en 1285. Il jouit d’une exposition plein sud idéale avec un ensoleillement maximum. La Roche-aux-moines est en plus bordée à l’est par un voisin prestigieux à la réputation mondiale, la Coulée-de-Serrant.

La forte unité de ses vignerons

Que faudrait-il souhaiter à cette nouvelle appellation répartie sur 22 ha (33 autres hectares possibles) quand on sait la forte unité qui lie ses vignerons. Ils ont à cœur de présenter au monde des vins exceptionnels, reflet de leur terroir au sein du Val de Loire, inscrit depuis une dizaine d’années au Patrimoine  Mondial  de l’Humanité par l’Unesco.

L’histoire a marqué profondément ce coin de terre au sol pauvre et au sous-sol volcanique  situé sur les contreforts du Massif armoricain. L’histoire géologique d’abord à partir de l’ère primaire avec des formations schisteuses et schisto-gréseuses suivie d’une forte activité volcanique laissant des filons de type rhyolithe et  spilites. Résultat, des sols peu profonds, peu fertiles et très caillouteux, idéal pour un cépage, maître absolu de ce coin d’Anjou, le chenin.

1130, naissance de l’appellation

Une autre histoire, celle des hommes avec une date emblématique pour l’appellation, l’an 1130. Elle marque l’apparition de la dénomination Roche-aux-Moines. La mise en valeur du lieu  a été faite par les moines de l’abbaye de Saint-Nicolas jusqu’à la Révolution française et  par un grand vigneron, Pierre Guillory. Ce dernier, a laissé son empreinte sur une grande partie du XIXe siècle par des avancées techniques de grande importance.

Il y a peu de temps encore, l’appellation ne comptait que trois propriétaires : la famille Joly côté Coulée, le Baron Brincard, du Château de la Bizolière et la famille Lagrange qui se partageaient le reste. C’est à cette dernière que Monique Laroche (un nom prédestiné pour cette appellation !) va acheter l’essentiel des parcelles  au début des années 80. Monique puis Tessa sa fille, aujourd’hui présidente de l’association qui regroupe les 8 producteurs de l’appellation se sont engagées dans l’agriculture biologique (2009, première année de conversion) et ont commencé à replanter (un premier hectare en chenin dès 2010).

Les 7 contraintes de l’appellation

  • Le cépage chenin est le seul cépage autorisé;
  • Les désherbants de synthèse sont prohibés, tout comme les insecticides;
  • Des rendements faibles : maximum 30 hl/ha;
  • Les vendanges manuelles par tries successives sont obligatoires; les raisins sont cueillis à maturation optimale par, au minimum, deux tries successives de grappes sur pied;
  • La chaptalisation est interdite;
  • Les vignerons s’engagent à élever leurs vins en un minimum de 10 mois;
  • La mise en bouteille se fait obligatoirement au domaine ou au château;

En plus,

  • les vignerons projettent de recourir à la lutte par confusion sexuelle.

Parfois un peu austère les premières années

La Roche-aux-moine est un très grand vin de garde (plusieurs décennies, peut être bu dès 5 ans) à la robe profonde, de couleur paille à or aux reflets verts, évoluant sur le vieil or aux reflets ambrés. Il possède un nez intense, parfois austère dans les premières années. Arômes de tilleul, d’anis, de pamplemousse, de poire, de miel et de pâte de coings. Marqué d’une forte minéralité, il évolue sur la noisette, les épices douces et sur des notes confites (pamplemousse, citron).

Les 8 vignerons de l’AOC Savennières-Roche-aux-Moines

  • Clément Barault,
  • Domaine des Forges : Stéphane Branchereau,
  • Domaine FL : Julien Fournier,
  • Château de la Roche aux Moines : Virginie Joly,
  • Domaine aux Moines : Tessa Laroche,
  • Damien Laureau,
  • Château Pierre Bise : René Papin,
  • Eric Morgat.
FacebookTwitterGoogle+EmailPartager

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.