Sansonnet (château Sansonnet) Saint-Emilion Grand Cru classé (2012) Bordeaux

Château Sansonnet, Saint-Emilion Grand Cru classé (2012) Bordeaux, vin rouge : lorsque la famille d’Aulan* qui fut propriétaire du Champagne Pieper-Heidsieck (cédé en 1988 à Rémy Martin) vend château Sansonnet à la famille Lefévère (entreprise de travaux publics), le domaine est dans un triste état au point d’avoir vu son vin déclassé en 1996 (les vendanges se faisaient encore à la machine). Nous sommes en 1999. Le château est alors repris en gérance par Marie-Bénédicte Lefévère-Leymarie* (docteur en pharmacie). En 13 ans, cette femme de caractère qui est devenue vigneronne dans l’âme et grâce au soutien de Jean Trias, son responsable technique hissera le château dans le classement des grands crus de Saint-Emilion (classement rendu public en septembre 2012).

*Il faut dire qu’elle a de qui tenir puisque son père, Dominique Leymarie, courtier en vins à Libourne, est également propriétaire du château Tour-Robert à Pomerol.

Sur le point le plus élevé du plateau

Château Sansonnet avec son vignoble de 7 ha d’un seul tenant, est situé au cœur de la région des grands crus classés de Saint-Emilion, au sommet du plateau argilo-calcaire, au nord-est de la cité médiévale. Autour, évidemment que du beau monde : les châteaux La Couspaude, Trotte Vieille et Balestard La Tonnelle. L’âge moyen des vignes est de 35 ans avec deux seuls cépages qui devraient s’équilibrer, merlot et cabernet franc. Pour cela, il a fallu arracher, complanter 40 % du vignoble, repalisser les vignes. Les vendanges sont maintenant réalisées exclusivement à la main, le raisin est trié sur grappes puis sur baies.

Merlot et cabernet franc à égalité

Afin de redonner aux vins du château Sansonnet un niveau de qualité digne de leur terroir, l’ensemble des bâtiments, y compris le cuvier et le chai à barriques (climatisé), a été récemment entièrement (et magnifiquement) rénové. Pour permettre des vinifications parcellaires, le cuvier est désormais équipé de petites cuves tronconiques inox à doubles parois thermorégulées (l’ensemble est conduit par gravité). La fermentation malolactique se fait dans des fûts de chêne français. Les vins sont élevés de 12 à 18 mois. L’ensemble des vinifications est suivie par Jean-Philippe Fort du cabinet Michel Rolland.

  • La production annuelle est estimée à 35 000 bouteilles.
  • Second vin : Benjamin de Sansonnet.

Propriété du duc Decazes

Au XIXe siècle le château Sansonnet fut la propriété* du duc Élie Decazes (1780-1860) homme politique qui fut nommé par Louis XVIII préfet de police puis en 1815, ministre de la Police (ministre de l’intérieur) en remplacement de Fouché. La demeure historique, rénovée, meublée et décorée accueille désormais des hôtes et des relations professionnelles. La famille d’Aulan qui avait cédé Piper au groupe Rémy Martin, s’était portée acquéreur en 1988, via la holding familiale SOPALIA, (activité hôtelière et financière) dirigée par François d’Aulan, du Château Sansonnet qu’elle revendit 10 ans plus tard à la famille Lefévère et que dirige aujourd’hui Marie-Bénédicte Lefévère.

*Il possédait également biens des hectares de vignes autour de ses  châteaux La Grave à Bonzac où il mourut et Malfard.

FacebookGoogle+Email

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.