Sélection massale ou clones, avantages et inconvénients !

Sélection massale ou sélection clonale, que choisir ? La diversité génétique qui fit autrefois la richesse et toute la complexité du vin s’est trouvée réduite par le système du clonage introduit dans les années 1970. Les clones ont en quelque sorte standardisé bien des cépages en sélectionnant les plants qui produisent par exemple de la couleur, de l’alcool, de la résistance aux parasites… ce qui conduit inéluctablement à la réduction de la diversité génétique. Mais certains vignerons désireux de conserver le patrimoine génétique de leur domaine ou d’améliorer la qualité de leurs plants, sans pour autant prendre de risque sanitaire* font appel aux  pépiniéristes pour des prestations de sélection massale. C’était une sélection qui se pratiquait avant l’arrivée des clones et qui aujourd’hui s’opère à partir de vieilles vignes non identifiées en clones et âgées de plus de 40 ans.

*Des tests virologiques sont proposés par les pépiniéristes (voir plus bas).

Sélection massale

Sélection massale. Nombreux sont ceux qui opposent la sélection massale à la sélection clonale. Pourtant l’une est le fondement de la seconde (Alexandra Lusson – ChAgri33).

Qu’apporte la sélection massale ?

La sélection massale permet à un vigneron de retrouver la rusticité de certains plants anciens*, d’optimiser la qualité par exemple d’un petit verdot s’il le considère peu fertile ou bien d’accroître la teneur en anthocyanes du grenache sans pour autant augmenter son taux d’alcool, voire d’améliorer un carmenère pour le rendre plus résistant à la coulure. L’objectif serait également de se diriger vers des plants à maturité plus lente pour contrebalancer l’avancée des vendanges, conséquences du réchauffement climatique. Comment ne pas se rappeler des vendanges 2003 ? Cette année là, les vignerons bourguignons ont obtenu des vins magnifiques mais qui par leurs côtés épicés et alcoolisés faisaient d’avantage penser à des Côtes du Rhône.

* Ou encore d’obtenir des clones de variétés existantes, alternatifs aux clones disponibles sur le marché.

La sélection clonale, avantages et inconvénients

La sélection clonale n’est autre qu’une sélection massale qui intègre tout un ensemble d’évaluations agronomiques, œnologiques et sanitaires en vue de la sélection d’une seule souche correspondant à ce que l’on veut. En France, l’IFV (Institut français de la vigne et du vin) est le seul organisme à réaliser la sélection clonale (pour le moment). Elle part d’un plant de vigne descendant d’une souche sélectionnée à partir d’un certains nombres de critères dont son état sanitaire (avec à l’appui, des tests virologiques). L’objectif est, à partir d’une seule souche de reproduire à l’identique un plant pour obtenir des clones (on compte par exemple 47 clones  agréés pour le pinot noir). Dans de vieilles vignes, seront ainsi sélectionnés des plants indemnes de certaines maladies (des maladies à virus notamment pour lesquelles aucun moyen de lutte n’a été trouvé). Après avoir effectué des tests sanitaires, le plant sera multiplié. On a donc une conservation de l’identité variétale de la souche initiale. L’opération de clonage peut ainsi se répéter à l’infini mais avec un risque d’érosion du patrimoine génétique.

Sélection clonale

Sélection clonale (pépinièriste Mercier). Grâce au processus de sélection et au travail réalisé par les équipes de l’IFV, il est possible de connaître avec précision les caractéristiques œnologiques et agronomiques de l’ensemble des clones sélectionnés et actuellement disponibles à la multiplication (Clones Certifiés disponibles ENTAV-INRA)

Les 4 étapes de la sélection clonale

  • Arrivée du matériel végétal dans un centre de sélection, tests préliminaires permettant de contrôler son état sanitaire et traitement des bois à l’eau chaude.
  • Tests sanitaires, agronomiques et œnologiques en parallèle. Si toutes les évaluations sont satisfaisantes : demande d’agrément du clone.
  • Conservation des clones agréés.
  • Constitution du matériel initial à partir des clones agréés et multiplication végétative du matériel initial suivant une procédure définie réglementairement et contrôlée.
Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France

Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France. La sélection clonale Française est la plus performante au monde

La sélection clonale Française est la plus performante au monde. Ces clones sont commercialisés avec le label ENTAV-INRA® répondant au plus haut niveau de qualité sanitaire agronomique et œnologique. L’IFV et l’INRA sont les deux établissements agréés en France pour présenter et obtenir l’agrément des clones sélectionnés. Ils ont créé une marque commune, la marque ENTAV-INRA® déposée dans cinquante pays dans les classes 31 (matériel végétal) et 42 (savoir faire). Cette marque garantit l’origine, l’authenticité, la qualité sanitaire, la valeur génétique des clones. Les clones commercialisés sous marque seront identifiés comme suit : Chardonnay ENTAV-INRA® 548 SO4 ENTAV-INRA® 762

Réduction de sa diversité génétique

La sélection clonale présente un inconvénient majeur. Elle conduit inéluctablement à la réduction de la diversité génétique pour la simple raison que les souches qui ne répondant pas aux critères de sélection sont systématiquement écartées dans le processus. Autre inconvénient, le temps ! Il faut en effet compter jusqu’à 15 ans entre l’application du cahier des charges prescrit et la commercialisation du clone après son inscription au catalogue ENTAV.

Un avantage non négligeable : les clones qui offrent un large choix d’assemblage immédiatement disponible représentent aujourd’hui le meilleur rapport qualité/prix  puisque issus de la recherche publique.

Sélection massale, avantages et inconvénients

La sélection massale consiste à repérer des parcelles âgées pour sélectionner des souches parmi une même variété présentant une diversité variétale intéressante (les plus beaux plants de vignes des meilleures parcelles par exemple) puis à prélever des fragments de sarment et les multiplier, pour ensuite les replanter. Comme on l’a vu, la sélection massale ne peut s’opérer que sur des parcelles plantées avant l’apparition des clones (avant les années 1970). On peut ainsi retrouver en Bourgogne, du pinot noir à grappes lâches, du pinot noir teinturier ou du pinot noir à port érigé (pinot droit). Le pépiniériste viticole s’avère être le mieux placé pour réaliser la production des plants issus de sélection massale de part son expérience et son savoir faire. Attention ! Cette sélection rentre aujourd’hui dans le cadre administratif de la Pépinière Privée et ne fait pas pour le moment l’objet d’une réglementation particulière ce qui pourrait changer à l’avenir. D’un point de vue réglementaire, le viticulteur doit donc impérativement établir une déclaration de pépinière privée auprès de FranceAgriMer.

Les 3 étapes d’une sélection massale

  •  1/La phase de prospection. C’est une démarche de sélection relativement proche de celle initiée par l’IFV dans le cadre de la sélection clonale. Il faut d’abord repérer visuellement au sein de nombreuses vieilles parcelles (pour un maximum de variabilité génétique), des parcelles plantées avant 1970 (date de l’arrivée des premiers clones), les pieds les plus représentatifs du cépage à sélectionner. Les souches sélectionnées doivent être typiques du cépage ; avoir une fertilité acceptable et être indemnes de viroses. C’est pour cette raison que ce travail se fait en juin, quand les symptômes de viroses sont les plus visibles.
  • 2/Pour les échantillons prélevés, on retient entre 30 et 60 souches  sur la globalité de la prospection en ne conservant que les souches saines qui seront testées face aux principaux virus (court-noué, enroulements, etc.).
  • 3/Multiplication des souches. Les souches saines et à priori intéressantes font ensuite l’objet de plusieurs années d’évaluation agronomique et œnologique par rapport à un témoin (clone de référence). Seules les souches qui apparaissent supérieures au clone de référence font l’objet d’une multiplication et d’une replantation en parcelle de production.

Un inconvénient majeur : la sélection massale privée rapide est fortement déconseillée. Le coût est assumé par le seul organisme initiateur de la sélection en l’occurrence le vigneron sachant qu’il faut compter un financement qui peut s’étaler sur plus 10 ans.

Qu’est-ce que la sélection massale Unik® ?

Ces sélections Massales Unik® sont menées par les Pépinières MERCIER sur plusieurs variétés. Le champs de prospection ne se limite pas au domaine viticole du vigneron mais comprend aussi d’autres domaines viticoles ayant des vielles parcelles jugées intéressantes après l’accord des propriétaires pour participer au programme. Cette particularité accroît sensiblement le potentiel de la sélection dans la mesure où la diversité génétique s’enrichit à la hauteur du champ de prospection. Après une bonne dizaine d’années d’évaluations, 5 à 10 souches saines jugées intéressantes par rapport à un clone témoin de référence sont sélectionnées et multipliées en mélange. Bien que très coûteuse, le prix reste abordable dans la mesure où les coûts sont supportés par le pépiniériste et répartis sur un plus grand nombre de plants multipliés.

Sélection massale

Sélection massale, programme Unik® | Mercier Pépinériste viticole.

Sélection massale et risque sanitaire

La sélection massale peut malheureusement être également une source de contamination du vignoble si elle n’est pas convenablement réalisée. Certains greffons et porte-greffes sont susceptibles de transmettre à leur descendance des agents pathogènes lorsque ils en sont eux-mêmes porteurs. Il est donc impératif de s’assurer du bon état sanitaire des souches sélectionnées durant les prospections par le biais de tests ELISA (Enzyme Linked ImmunoSorbent Assay) avant la production des plants.

Une technique immuno-enzymatique de détection

Le test immuno-enzymatique ELISA réalisés sur bois aoûtés, pendant la période hivernale de repos végétatif de la vigne est fondée sur la réaction anticorps-antigène (technique d’analyse par réaction entre antigènes et anticorps et utilisant comme marqueur des enzymes). Ce test permet de détecter spécifiquement la présence de certains virus dans des échantillons de bois, feuilles ou racines comme ces viroses de la vigne que sont le Court-Noué et l’Enroulement très dommageables pour la vigne (sur les quelques 60 espèces virales qui ont pu être identifiées). Pour le Court-Noué, il s’agit des virus ArMV et GFLV et pour l’Enroulement, les virus GLRaV-1 et le GLRaV-3.

Pour garantir des plants de vigne de qualité, issus de matériel végétal sain, on effectue régulièrement des tests sanitaires (test immuno-enzymatique). Ici, Pépinière Calmet & fils.

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager