Vouvray (AOC Vouvray) appellation de Touraine (Vallée de la Loire)

Les vins de Vouvray  en AOC Vouvray (Touraine) sont des vins blancs secs, mœlleux (voire liquoreux) et effervescents. Vouvray est aux portes de Tours et à quelques encablures d’Amboise. Il fait face à Montlouis, l’appellation sœur sur l’autre rive de la Loire. Son vin, le Vouvray symbolise à lui seul la Touraine : vrays vins de taffetas, de soie, de mousseline, vouvrillonnants ou tranquilles, secs ou doux, resjouissant les cœurs écrivait Rabelais au XVIe siècle. Balzac* trois siècles plus tard rêva lui aussi de Vouvray et du château de Moncontour, propriété emblématique (voir plus bas) mais, trop de dettes et faute d’argent, alors il dut renoncer !

* “Moncontour a ma prédilection” lettre d’Honoré de Balzac à madame Hanska du 10 juin 1846. Mais l’écrivain fut aussi très attaché à Vouvray. Il y situa l’action de l’un de ses romans : L’illustre Gaudissart. Un buste érigé en 1934 rappelle d’ailleurs ce personnage balzacien, commis voyageur, place Vavasseur à Vouvray.

Carte de Vouvray et de son vignoble

Carte de Vouvray et de son vignoble

Le chenin, son unique cépage

Aujourd’hui, qu’il soit sec, mœlleux ou pétillant, le Vouvray magnifié par son unique cépage, le très ligérien chenin*, réjouit tout autant le cœur des hommes. Ils sont de plus en plus dans le monde à apprécier (surtout en sec et en moelleux) l’un des vins les plus discrets mais aussi les plus attachants du vignoble français. D’abord une précision ! Pour beaucoup de Français, Vouvray est associé à pétillant (fines bulles). C’est un vin qui par son cépage a une tendance naturelle à prendre la mousse. Il est donc facile pour les producteurs, lors des millésimes les moins ensoleillés d’élaborer des effervescents selon la méthode traditionnelle de seconde fermentation en bouteille.

* Etonnant chenin, capable du pire en cas notamment de rendements non maîtrisés (excès d’acidité) comme du meilleur !

Face à la Loire

L’appellation qui date de 1936, couvre 2200 ha en production sur 8 communes :

  • Vouvray,
  • Chançay,
  • Noizay,
  • Reugny,
  • Rochecorbon,
  • Sainte-Radegonde-en-Touraine,
  • Vernou-sur-Brenne,
  • Parçay-Meslay.
Vignoble de Vouvray et le clocher de son église

Vignoble du domaine Pichot face à la vallée de la Loire, avec le clocher de l’église Notre Dame et Saint Jean Baptiste de Vouvray surmonté d’un dôme et son clocheton cylindrique

Vouvray rive droite de la Loire, n’est qu’à 10 km de Tours (et à 14 km à l’ouest d’Amboise) mais son vignoble se rencontre dès la sortie nord-est de la capitale tourangelle. La vigne dans un paysage (faut-il le rappeler !) inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, occupe sur une bande d’une vingtaine de kilomètres, les versants les mieux exposés d’un plateau. Elle longe le fleuve entaillé de petites vallées transversales aux noms évocateurs de vallée Coquette, vallée Chartier qui conduisent aux différents vignobles.  Vouvray n’est en fait qu’un gros bourg de 3000 habitants face à la Loire s’étirant au pied de la côte. On y creusa à même la roche (le célèbre tuffeau), un véritable réseau troglodytique avec des galeries, des caves, des habitations et même des chapelles, Echeneau par exemple aménagée au XVIe siècle ou bien la chapelle du manoir de la Gaudrelle du XVIIIe siècle, aujourd’hui une cave à vin. Ici, on distingue la première côte qui, de Rochecorbon à Vouvray, s’étend à l’aplomb d’une falaise truffée de caves. Le vignoble longe ensuite le cours de la Cisse, puis se sépare en deux à Vernou, allant d’un côté sur Noizay et de l’autre le long de la Brenne vers Chançay et Reugny.

Cave troglodytique à Rochecorbon  avec sculptures (Domaine Bourillon d'Orléans)

Cave troglodytique à Rochecorbon avec sculptures (Domaine Bourillon d’Orléans)

Aubuis et perruche

  Les vignes prospèrent sur un socle de tuffeau avec deux types de sols. L’un est un mélange pierreux argilo-calcaire appelé aubuis. L’autre, argilo-siliceux avec beaucoup de silex en surface, est appelé perruche. Jamais le chenin, le pineau de la Loire comme il est surnommé, n’a autant apprécié cette terre de Vouvray où il donne un florilège de vins blancs secs, demi-secs, mœlleux ou effervescents. Des vins qui vont ensuite patiemment évoluer dans des caves de tuffeau à température idéale de 10 à 13° avec un taux d’humidité frisant les 100 %, à peine dérangés, semble-t-il, par le murmure feutré des TGV de la ligne Paris-Tours-Bordeaux.

Vers une plus grande approche bio

Il y a vingt ans, l’appellation ne comptait aucune parcelle enherbée. Aujourd’hui, 20 % des producteurs sont en bio, ils seront sans doute le double dans deux ou trois ans. Quelques producteurs sont en pointe dans ce domaine :

  • Allias Père & Fils
  • Domaine du Petit Coteau
  • Domaine Huet – L’Echansonne
  • Domaine Lemaire-Fournier
  • Domaine Vigneau-Chevreau

Dès ses premières Pâques

Au printemps, de graciles tulipes de vigne poussent au milieu des pieds de vigne, espèce protégée devenue rare

Au printemps, de graciles tulipes (comme des cyclamens) de vigne poussent au milieu des pieds de vigne, espèce protégée devenue rare. Photo prise non loin de L’Epinay et du lieu-dit Les Argouges à Vouvray

Au printemps de sa vie, à la sortie de barrique, on le goûte, une fois qu’il a fait ses premières Pâques. Le Vouvray séduit déjà par son extrême fraîcheur, sa légèreté, son côté primesautier, qui se retrouvent presque intacts longtemps après. En année fraîche, le Vouvray est vinifié uniquement en sec, donnant des vins de bonne acidité aux arômes étonnamment vifs. Il faut alors attendre des années pour qu’il révèle son bouquet d’acacia et de tilleul et, plus tard encore, celui de thé, de verveine et de chèvrefeuille. Lors des années chaudes, propices à la surmaturité, il est vinifié en demi-sec (moins porteur sur le marché) ou en mœlleux voire liquoreux, devenant indiscutablement un vin de légende. Après s’être contenu, deux, trois, voire quatre décennies, il ressort de ce long purgatoire drapé d’or et de topaze, métamorphosé en nectar soyeux, alliant vigueur et harmonie, prêt à livrer ses trésors d’arômes.

2003, premier grand millésime du siècle

Le XXe siècle a été avare en très grands millésimes, marqué par deux années : 1947 et 1989 exceptionnelles à tout point de vue : qualité, quantité. Quel étonnement d’y découvrir bien des années plus tard cette surprenante touche de fraîcheur propre au chenin de Touraine ! Et que dire du 2003, le premier grand millésime du siècle ? Rarement des mœlleux issus de tries par passages successifs ont atteint des teneurs en sucres aussi élevées (avec des volumes conséquents). Le croirez-vous, certains approchèrent les 30° sur les récoltes les plus tardives. Heureux dégustateurs du 2003 ! Ils parlent d’opulence, de suavité, d’expression compotée de fruits blancs… un véritable régal ! Alors patience jusqu’à 2020 (au moins) pour ces millésimes hors normes armés pour devenir centenaire. En général l’attente est de 5 à 25 ans pour le Vouvray doux et 5 ans pour les demi-secs.

Juste derrière le Champagne

Pour les Vouvray pétillant, c’est leur fraîcheur et leur vivacité qui sont essentiellement appréciées. Ils peuvent être donc être bu rapidement. En terme de qualité et de réputation, les Vouvray de l’avis de beaucoup d’amateurs se placent juste derrière les Champagne et à des prix de deux à trois fois inférieurs. Alors ?

Vouvray en production

Vouvray, une production surtout connue en France pour ses effervescents

Vouvray, une production surtout connue en France pour ses effervescents

On compte pour 180 vignerons sur l’ensemble de l’appellation Voir liste plus bas), une production annuelle 110 000 hl soit 60 % de fines bulles et 40 % de vins tranquilles. Au total, Vouvray produit près de 1,5 millions de bouteilles, avec un rendement de 52 hl/ha en vins tranquilles et 65 hl/ha en fines bulles. Ces dernières sont essentiellement vendues en France (9 bouteilles sur 10) alors que 2 bouteilles sur 3 en vins tranquilles sont vendues à l’étranger. Une belle démonstration de l’immense notoriété de ce vignoble !

Domaine Huet l’Echansonne, un vignoble mythique

Tout semble réuni pour classer ce domaines dans le club très restreint des vignoble mythiques. D’abord Huet est marqué par un terroir exceptionnel qui s’étend aujourd’hui sur 35 ha de coteaux, à l’est de Tours sur la rive droite de la Loire. Il est réparti en trois propriétés entièrement plantées en chenin dont plus de la moitié est âgées de 30 à 50 ans. L’ensemble est exploité selon les principes de la biodynamie depuis 1990. Résultat, un  vignoble en parfait état sanitaire. Il n’est atteint ni par le mildiou, ni par l’oïdium, ni par les acariens ou les vers de la grappe et cela sans aucun produit chimique. Un point essentiel qui permet de développer le caractère propre de ces vins fondés uniquement sur les terroirs et le cépage ; des Vouvray transcendés il est vrai par un cépage exceptionnel, le chenin, qu’ils soient moelleux (sans doute l’un des meilleurs mœlleux du monde), demi-secs, secs ou bruts à raison de 150 000 bouteilles par an. La fermentation se fait en demi muid ou en cuve jusqu’en décembre-janvier. Ne sont utilisées que des levures indigènes, aucune chaptalisation et aucun élevage en fût.

Les 3 vignobles du domaine

  • Le Haut-Lieu : il couvre 9 ha sur un sol argilo-calcaire très profond possédant une dominante d’argile marron. Ce sol un peu lourd donne en général naissance à des vins souples.
  • Le Mont : un domaine de 8 ha situé sur la bordure du coteau de la Loire, en première côte. Son sol est caillouteux et composé majoritairement d’argile de couleur verte et de silice. Il produit un vin élégant et féminin.
  • le Clos du bourg : c’est un clos de 6 ha, bordé de murs de pierres situé en première côte au dessus de l’église de Vouvray. Il était au VIIe siècle un fief de la collégiale de Saint-Martin de Tours. Son sol peu épais, dont la profondeur moyenne est d’un mètre, se trouve en contact direct avec le rocher calcaire. Il produit un vin puissant et charpenté.

Le reste du vignoble est réparti sur diverses parcelles situées à proximité de ces trois propriétés.

Domaine Huet, 1947, millésime mythique !

Domaine Huet, 1947, millésime mythique ! Le Haut-Lieu est la parcelle historique du domaine. Elle compte aujourd’hui 9 ha sur le plateau vouvrillon.

Les hommes de Huet

Au départ de Noël Pinguet, c’est depuis Jean-Bernard Berthomé qui est au commande du domaine Huet

Au départ de Noël Pinguet, c’est depuis Jean-Bernard Berthomé qui est au commande du domaine Huet

La seconde force du domaine se retrouve dans les hommes qui bâtirent à travers le temps, la renommée de Huet. Créé en 1928 par Victor Huet et son fils Gaston, le domaine a été pendant près de quarante ans dirigé par Noël Pinguet (le gendre de Gaston). Ce grand vigneron, un des précurseurs de la culture en biodynamie a depuis 1976 et jusqu’en 2012 dirigé le domaine avec une philosophie simple et terriblement efficace : le viticulteur est à la disposition du raisin, et non l’inverse. Un grand vin se fait tout seul ; on l’éduque, mais on ne le corrige pas ! Il est encore pour beaucoup de jeunes vignerons de Vouvray comme Vincent Carême ou Sébastien Brunet, plus qu’un modèle, une source d’inspiration. Depuis la disparition de Gaston Huet en 2002, le domaine a été repris en 2003 par le financier américain Anthony Hwang. Sa fille Sarah Hwang est aujourd’hui la présidente du domaine Huet. Depuis le départ de Noël Pinguet en 2012 à 67 ans et après 40 vinifications , le domaine, en culture biodynamique, est sous la direction de Jean-Bernard Berthomé. Il est, après son père, au service du domaine depuis 1979. Il a aujourd’hui toute la responsabilité et le contrôle de la viticulture et de la vinification.

Moncontour, incontournable !

Depuis 1994, la famille Feray* propriétaire de Moncontour a développé un vignoble exceptionnel de 130 ha (l’un des plus anciens de Touraine) qui court à travers le coteau et la vallée.

Le château propose également à ses visiteurs un musée dans ses caves troglodytiques retraçant l’histoire sociale et culturelle du monde viticole et des métiers du vin. Collection de 3 000 outils environ se rapportant au travail de la vigne et du vin.

*Outre le château de Moncontour, la famille Feray possède 4 autres domaines à Vouvray et à Chinon.

  • Château de Montfort. Le domaine courts sur un parcellaire de 35 hectares regroupé et homogène, aux abords du chai sur la commune de Noizay
  • Château Coudray Montpensier, un vignoble de 30 ha à Chinon sur la rive gauche de la Vienne, à deux pas de la maison natale de François Rabelais : La Devinière
  • Domaine de Vaugondy. Il est situé au coeur de l’AOC Vouvray sur la commune de Vernou-sur-Brenne. Il s’étend sur 8 ha
  • Domaine du Petit Coteau: le vignoble de 16 ha conduits en Agriculture Biologique s’étend sur la commune de Vernou-sur-Brenne.
Surplombant la Loire, le Château Moncontour s’élève à flanc de coteau au coeur de l’appellation Vouvrayhâteau de Moncontour à Vouvray

Surplombant la Loire, le Château Moncontour s’élève à flanc de coteau au coeur de l’appellation Vouvray

Liste non exhaustive des producteurs de Vouvray

  • Aubert Jean-Claude et Didier : 10, rue de la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Auffret Maurice et Michel : 72, rue de la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Bertrand Alain : 23, rue Saint Georges ROCHECORBON
  • Besnard gasnier : 9, rue Elizabeth Genin ROCHECORBON
  • Blanc Foussy – Grandes Caves Saint Roch : 65, Quai de la Loire ROCHECORBON
  • Brunet Jean : 2, La Folie VERNOU-SUR-BRENNE
  • Carême Olivier : 14, rue de la Vallée Chartier VOUVRAY
  • Carême Gilles : 23 RD 952 La Frillière VERNOU-SUR-BRENNE
  • Carême Vincent : 1, rue du Haut Clos VERNOU-SUR-BRENNE
  • Cave des Producteurs de Vouvray : 38, la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Caves Cathelineau : 24, rue des Violettes, Vallée du Vau CHANCAY
  • Cellier de la Verrine : 3 RD 952 VOUVRAY
  • Château Gaudrelle (Alexandre Monmouseau) / Clos de l’Olivier : 12, quai de la Loire ROCHECORBON
  • Château Moncontour : rue de Moncontour VOUVRAY
  • Château de Valmer : CHANCAY
  • Clos de Nouys : 46, rue de la Vallée de Nouys
  • Deniau stéphane : 27, rue des locquets  PARCAY-MESLAY
  • Domaine Allias : 106, rue de la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Domaine Bourillon-Dorleans : 30 bis, rue de Vaufoynard ROCHECORBON
  • Domaine Brunet : 12, rue de la Croix Mariotte VOUVRAY
  • Domaine Huet – l’Echansonne : 11 – 13, rue de la Croix Buisée VOUVRAY
  • Domaine Jean-Paul Couamais : 36, route de l’Ecomard VERNOU-SUR-BRENNE
  • Domaine Le Capitaine : 11, rue Saint Georges ROCHECORBON
  • Domaine Marc Brédif : 87, Quai de la Loire ROCHECORBON
  • Domaine Sylvain Gaudron : 59, rue Neuve VERNOU-SUR-BRENNE
  • Domaine Vigneau-Chevreau : 4, rue du Clos Baglin Vallée de Vaux CHANCAY
  • Domaine de Beauclair : 306, Côteau de Venise NOIZAY
  • Domaine de Monclos : 8, rue de la Fuye VOUVRAY
  • Domaine de la Châtaigneraie : 1, Allée des Perrières PARCAY-MESLAY
  • Domaine de la Croix des Vainqueurs : 20 bis, rue d’Amboise CHANCAY
  • Domaine de la Fontainerie : 64, rue de la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Domaine de la Poultière : 29, route de Château-Renault VERNOU-SUR-BRENNE
  • Domaine des Cormiers Roux : La Baderie CHANCAY
  • Caveau Gaucher Chançay
  • Domaine des Raisins Dorés : 38-40 rue du Professeur Debré L’Etoile VERNOU-SUR-BRENNE
  • Domaine du Clos de l’Épinay : L’Epinay  VOUVRAY
  • Domaine du Viking – Gauthier Lionel : 1300, route de monnaie   REUGNY
  • Douzilly michel : 51, rue de la monaco VOUVRAY
  • Earl Bruno et Jean-Michel Pieaux : 10 bis, rue du clos baglin CHANCAY
  • Ferrand Alain : Moulin d’Angibault VERNOU-SUR-BRENNE
  • Foreau Philippe Domaine du Clos Naudin : 14, rue de la croix buisée VOUVRAY
  • Fortineau Régis : 4 rue de la Croix Mariotte VOUVRAY
  • Fouquet Bernard : 32 rue gambetta , vallée de nouy VOUVRAY
  • Freslier Jean-Pierre : 92 rue de la Vallée Coquette VOUVRAY
  • Gaec bm Berteau Mabille : 4 rue de Vaugondy    VERNOU-SUR-BRENNE
  • Gasnier Pierre : La vallée poêlon ROCHECORBON
  • Gaudron Christophe : 90, rue Neuve VERNOU-SUR-BRENNE
  • Domaine de Roche Blonde
  • Gaultier Philippe Domaine du Clos des Aumones : 18, rue Vaufoynard ROCHECORBON
  • Genet Patrice : 1, chemin de la Garenne CHANCAY
  • Gilet François : 19, rue de la mairie PARCAY-MESLAY
  • Gilet Jean-Marc SCEA : 20 rue de la mairie PARCAY-MESLAY
  • Grenier Michel : 37, rue des violettes Vallée du Vau CHANCAY
  • Domaine du Petit Noyer : 58, route de Château-Renault VERNOU-SUR-BRENNE
  • Herivault Bernard earl : La croix blanche REUGNY
  • Jarry Daniel : 99, rue de la vallée coquette VOUVRAY
  • Jeu Œnologique : 87, quai de la Loire ROCHECORBON
  • Kraft Laurent – Domaine des Lauriers : 29, rue du petit coteau VOUVRAY
  • Lelievre Hervé : 9, place Saint-Vincent VOUVRAY
  • Madrelle Gilles : 9, rue de la vallée Chartier VOUVRAY
  • Maillet Laurent et Fabrice : 101, rue de la vallée Coquette VOUVRAY
  • Maison BREDIF – Accords mets et vins : 87, quai de la Loire ROCHECORBON
  • Maison Champalou : 7, rue du Grand Ormeau VOUVRAY
  • Maison Darragon : 32-34, rue de Sanzelle VOUVRAY
  • Maison Mirault : 15, Avenue Brûlé VOUVRAY
  • Maison Peltier : 43, rue de la Mairie CHANCAY
  • Meunier Mauricette : 14, rue du haut de Cousse VERNOU-SUR-BRENNE
  • Métivier Daniel gaec : 238, rue neuve VERNOU-SUR-BRENNE
  • Métivier Vincent : 51, rue Neuve VERNOU-SUR-BRENNE
  • Paris père & fils : 21, rue des Violettes CHANCAY
  • Domaine Paris Chançay
  • Poussin Jean-Paul earl : La Babauderie REUGNY
  • Raimbault Vincent : 9, rue des Violettes CHANCAY
  • Rouger Sébastien : Domaine de la Morinière REUGNY
  • Thomas Yves et Eric : 24, rue des boissières PARCAY-MESLAY
  • Thorigny christophe : 30, rue des auvannes PARCAY-MESLAY
  • Vignoble Alain Robert : Charmigny CHANCAY
  • Vignoble Brisebarre : 34, rue de la Vallée Chartier VOUVRAY

    Vouvray, le domaine de Montfort et son château. Le vignoble s’étend sur un parcellaire de 35 ha sur la commune de Noizay

    Vouvray, le domaine de Montfort et son château. Le vignoble s’étend sur un parcellaire de 35 ha sur la commune de Noizay

La confrérie de la Chantepleure

A l’instar de bien des appellations ligériennes, Vouvray possède sa confrérie vineuse : la confrérie de la Chantepleure qui fut fondée par Charles Vavasseur en 1937 et relancée après la guerre par Gaston Huet qui sut lui apporter sa dimension nationale et internationale. Elle regroupe aujourd’hui plusieurs milliers de membres venus du monde entier avec pour devise : Je réjois les cœurs.

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.